101 Confréries de France et autres associations gourmandes PDF

Les confréries bachiques sont des assemblées de professionnels et d’amateurs de vin, ayant pour objet la promotion des 101 Confréries de France et autres associations gourmandes PDF de la région qu’elles représentent. Les confréries ont pour coutume de se donner des noms faisant référence à l’ancien temps ou au vieux français : compagnons, chevaliers, goustiers, tasteurs, etc. Le titre confrérie découle du nom de la plus ancienne organisation de ce type connue en France : l’Antico Confrarie de Sant-Andiu de la Galinieiro constituée en 1140 à Béziers. Bachique dérive de Bacchus, alias Dionysos, dieu du vin dans les mythologies romaines et grecques.


En France, douce terre des confréries, qu’il se trouve des hommes et des femmes pour chanter le camembert, le pain, la vigne et le vin, qui s’en étonnera. Une confrérie de Mangeux d’Escargots ou de Tastes-Grenouilles, participe à cette même culture du terroir, tout comme l’Ordre de la Poule au Pot d’Henry IV. Une association des Chevaliers du Safran, c’est déjà plus surprenant ! Mais, ne faut-il pas être un peu  » frappé  » pour créer une Confrérie du Gâteau Battu …et celle des Lanceurs de louches paraît bien louche ! L’idée d’écrire ce livre est venue d’une envie gourmande à partager. Dans leur quête de propagation de l’authenticité du terroir français, les confréries et autres associations témoignent de la ténacité des traditions dans ce pays d’exception. Cet ouvrage passionnera tous les professionnels de la table et amateurs d’art culinaire et du bien boire, qui y puiseront une mine de renseignements sur la création, la composition et l’évolution des confréries vineuses et gastronomiques. Il séduira aussi les curieux et les fêtards qui, grâce à lui, sauront quand et où assister aux chapitres et manifestations festives. Chaque descriptif se complète d’anecdotes, d’histoires, de commentaires, de recettes… en rapport avec le produit gourmand placé au centre d’intérêt. C’est sur ce patrimoine commun, que se bâtit aujourd’hui la gastronomie de demain. A consommer avec humour et sans modération !

On dit parfois confréries vineuses ou œnologiques. En fait, j’aime bien l’épithète  bachique , un peu moyenâgeux ou d’un autre temps, tout comme ces associations elles-mêmes. Trop imprégnées des usages et traditions de l’ancien régime, les confréries bachiques furent abolies, avec toutes les autres confréries, au moment de la révolution française, par un décret en date du 18 août 1792. Chaque confrérie ayant sa propre personnalité en toute indépendance, les informations figurant ci-dessous ne sont que des tendances d’ordre général, sujettes à de fortes variations d’une confrérie à l’autre. Ils sont, presque toujours, cooptés par leurs pairs parmi les experts de la région, qu’il s’agisse de producteurs, de négociants, de courtiers ou d’œnologues, avertis et reconnus. Ils portent fréquemment des costumes inspirés des robes des notables de la renaissance, différents pour chaque confrérie.

Il va de soi que la couleur dominante est souvent le rouge et le lie-de-vin, même si on y trouve mêlés l’or et l’hermine. Chaque nouveau membre se voit remettre un diplôme et une médaille lors de son intronisation. Les confréries tiennent des assemblées régulières appelées  chapitres . Certains chapitres solennels donnent lieu à des manifestations extérieures telles que messes, processions, proclamations, etc.