101 utilisations de l’ortie PDF

Le poil urticant, appelé dard, comporte une pointe en silice se plantant comme une aiguille dans l’épiderme, et est coiffé d’une  ampoule  qui se brise comme du verre au moindre frottement, 101 utilisations de l’ortie PDF le liquide urticant. C’est une plante vivace herbacée de 60 à 150 cm de hauteur, formant des colonies grâce à ses longs rhizomes. La récolte avec des gants suffisamment épais est cependant moins risquée, de même que la cueillette lorsqu’elle est montée à graines car elle pique moins. Les feuilles vert foncé, opposées, ovales à lancéolées, sont en général deux fois plus longues que larges.


L’ortie est une plante sauvage aux nombreuses vertus. Fraîche, séchée, en tisane ou en graines, l’ortie vous sera utile à tout moment : dans la salle de bain pour soigner des maux et des brûlures, dans le jardin pour le potager, en cuisine pour découvrir ses saveurs, etc. Découvrez les secrets de l’ortie pour retrouver la forme, apaiser vos douleurs… vivre mieux tout simplement.
Pour en savoir plus : http://www.nouvellecuisinebio.com/101-utilisations-ortie.asp

Elles sont bordées de fortes dents triangulaires. Les cellules épidermiques renferment des corpuscules calcifiés appelés cystolithes. Les grappes femelles sont tombantes, les grappes mâles dressées. La fleur femelle est formée de 4 tépales dont deux beaucoup plus gros enveloppant un ovaire uniloculaire et deux petits extérieurs. Le fruit est un akène ovoïde, qui reste enveloppé dans les deux gros tépales accrescents. Originaire d’Eurasie, elle s’est répandue dans presque toutes les régions tempérées du monde.

Elle est plus commune en Europe du Nord qu’en Europe du Sud ou en Afrique du nord, aux climats trop secs. Largement distribuée en Amérique du Nord, elle est toutefois moins abondante qu’en Europe du Nord. Plante hydrophile et nitrophile, elle affectionne les friches rudéralisées, les prairies, les décombres et les abords des habitations. Dans certaines circonstances son abondance peut signaler un excès de matières organiques riches en nutriments ou une pollution des sols par les oxydes ferriques. La plante utilise la reproduction sexuée pour conquérir de nouveaux sites de colonisation. Puis une fois implantée dans un lieu grâce à une graine, elle développe rapidement des stolons en surface et des rhizomes en profondeur pour s’étaler alentour et former une population clonale, unisexuée et très compacte. Certains clones, formés d’un seul génotype, peuvent s’étendre sur plusieurs mètres carrés.

Les feuilles de la grande ortie sont très riches en protéines. L’action urticante est due au liquide contenu dans la base des poils. Source : Souci, Fachmann, Kraut : La composition des aliments. Une fois sèche, hachée ou cuite, elles perdent leur pouvoir urticant.

Il est préférable toutefois de ne consommer que les jeunes plantes, car après floraison les feuilles contiennent d’abondantes concrétions minérales, les cystolithes, qui peuvent irriter les voies urinaires. Moins connues, il existe aussi une recette d’escargots aux orties et de la bière d’ortie. Autrefois considérée comme un  plat de pauvre , l’ortie était dans la plupart des recettes associée aux pommes de terre. On peut manger tel quel les fleurs, les femelles étant plus goûteuses car plus charnues, ou les mettre dans les plats. Soupe à l’ortie cuisinée à partir de feuilles cueillies à la fraîche dans un jardin. Ingrédients : pommes de terre, oignons frits, orties, sel, poivre, crème fraîche à la fin.

Soupe à l’ortie servie avec crème fraîche. En occident, depuis l’antiquité, l’ortie est considérée comme un hémostatique puissant. Elle était reconnue pour ses propriétés astringentes, antidiarrhéiques, antidiabétiques et dépuratives. Elle fut inscrite au Codex de la Pharmacopée française en 1818. Pour la Commission E allemande, la racine d’ortie augmente le volume et le débit urinaire, elle réduit le résidu post-mictionnel. Feuilles d’ortie Les feuilles d’ortie sont réputées anti-asthéniques et anti-anémiques.

On trouve en vente des lotions capillaires et des shampoings pour le traitement de la chute des cheveux, des cheveux gras et des pellicules. L’Allemagne a une longue tradition d’utilisation des tiges feuillées d’ortie dans le traitement adjuvant des douleurs rhumatismales. TNF-α et l’interleukine-1 β, des cytokines impliquées dans les réactions inflammatoires. Sous forme de plantes fraiches La grande ortie permet de lutter efficacement contre l’asthénie.

Jadis, les fibres d’ortie étaient largement utilisées pour fabriquer des cordages, des fils et des vêtements. Dans l’Himalaya, l’usage des fibres d’une ortie herbacée locale, Urtica parviflora, a perduré jusqu’à maintenant. La momie des glaciers des Alpes Ötzi portait un couteau dont le fourreau, qui s’est conservé depuis le Néolithique, était un tissage en ortie. Après 14 jours la substance végétale est enlevée par filtration. L’extrait fermenté d’ortie est utilisé comme fertilisant. Riche en azote, fer, potasse et oligo-éléments, l’extrait fermenté constitue un bon fortifiant pour les plantes et stimule la croissance et la résistance naturelle contre les ennemis et les maladies. Il est ainsi utilisé en jardinage biologique pour renforcer l’immunité des végétaux.

En France, un décret du 1er juillet 2006, en application de la loi d’orientation agricole de janvier 2006, interdit la commercialisation, la détention et la promotion de produits phytosanitaires non homologués. L’ortie fraîche, finement hachée et mélangée à du son et éventuellement de la farine, servait à engraisser les dindonneaux, les poulets ou les canards. Les chevaux, ânes et les ruminants apprécient l’ortie, lorsqu’elle est sèche et flétrie. La cueillette des orties sans gants est possible à condition de choisir les feuilles les plus jeunes et de déplacer la main de la tige vers l’extrémité des feuilles.