2000 ans d’histoire de l’église PDF

L’histoire de l’Égypte est d’abord marquée par les témoignages inestimables légués par l’Égypte antique, qui 2000 ans d’histoire de l’église PDF fasciné dès l’Antiquité. Après des régimes autoritaires, elle connaît une démocratisation difficile avec la révolution de 2011.


Articles détaillés : Chronologie de l’Égypte et Chronologies comparées des dynasties égyptiennes. La préhistoire de l’Égypte est celle des civilisations nigéro-nilo-sahariennes dont témoigne l’art rupestre du Sahara. Le sud de la vallée reste marqué plus longtemps par le nomadisme, sans exclure des formes d’élevage. La sédentarisation intervient vers 4400 avant notre ère, avec la culture dite de Badari caractérisé par un artisanat riche et varié, la pratique de l’agriculture et des séries de nécropoles élaborées. Vers 3800 avant notre ère se développent deux cultures égyptiennes : l’une au nord, plus marquée par l’agriculture, représentée notamment par Maadi, l’autre au sud, dite de Nagada, avec un artisanat plus développé mais aussi une place plus grande de la chasse. Inscription en hiéroglyphes de la tombe de Séthi Ier à Karnak.

Les hiéroglyphes égyptiens sont inventés vers 3150 av. Une nouvelle administration plus élaborée se met en place ainsi qu’une armée puissante. L’Égypte connaît alors l’influence de la civilisation grecque antique, bien que la religion traditionnelle subsiste jusqu’à la christianisation. Article détaillé : Période romaine de l’Égypte. Article détaillé : Période byzantine de l’Égypte.

Article détaillé : Période islamique de l’Égypte. Dans le Sud, les Arabes attaquent en 641 puis en 652 les royaumes chrétiens de Nobatie et de Makurie, mais échouent à prendre la ville de Dongola. En 661, à la suite de dissensions parmi les chefs musulmans, le pouvoir est pris par la dynastie omeyyade qui installe la capitale à Damas. En 750, après leur défaite à la Bataille du Grand Zab, les Omeyyades sont remplacés par les Abbassides dans une grande partie orientale de l’empire, dont l’Égypte. La conversion à l’islam de la population reste limitée dans les premiers siècles de l’occupation arabe, mais se développe fortement vers le Xe siècle. En 831, une révolte copte éclate en Haute Égypte. Le roi de Makurie, Zacharie III Israël en profite pour cesser de payer tribut, mais il doit reprendre les versements à la suite d’une intervention armée du pouvoir de Bagdad.

832, l’Égypte est souvent administrée par des gouverneurs d’origine turque. Fatimides chiites s’imposent au Maghreb en ralliant les Berbères. Les Fatimides bénéficient de la prospérité des terres fertiles du Delta ainsi que du commerce de la Méditerranée et de la mer Rouge, richesses qui leur permettent d’entretenir une armée composée de Berbères, de Turcs et de Soudanais. La période fatimide est interrompue par le chef kurde sunnite Saladin qui prend le pouvoir en Égypte en 1169 avec l’accord du calife de Bagdad. Il fonde en Égypte la dynastie ayyoubide qui tient le pouvoir jusqu’en 1250. Cette année-là, les Mamelouks, une milice d’origine servile, prend le pouvoir en Égypte.

Articles détaillés : Province d’Égypte, Campagne d’Égypte et Égypte sous les Alaouites. Afin de couper à la Grande-Bretagne la route des Indes, la France engage en 1798 la campagne d’Égypte sous la direction de Napoléon Bonaparte. Devant les attaques ottomanes de Méhémet Ali et celles de l’armée britannique, la France doit renoncer à sa conquête en 1801 et l’Égypte est brièvement occupée par la Grande-Bretagne jusqu’en 1805, date à laquelle Méhémet Ali installe son pouvoir. Méhémet Ali, qui règne jusqu’en 1848 apparaît comme un grand réformateur du pays dont il modernise les structures et notamment l’armée, sur un modèle européen de conscription. Article détaillé : Protectorat britannique sur l’Égypte.

Article détaillé : Histoire de la République arabe d’Égypte. L’histoire du pays fut particulièrement marquée par le second Président de la République, Gamal Abdel Nasser. Le gouvernement de Naser entreprend de moderniser les infrastructures et de doter l’Égypte d’une industrie. Des nationalisations sont effectuées et le secteur public devient prépondérant. Une classe de nouveaux riches se développe rapidement. Par ailleurs, le pays accumule une dette monumentale durant les années de l’Infitah. Pour la restructurer, le FMI demande la suppression de toutes les subventions aux produits de base ce qui provoque des émeutes en janvier 1977.