Allemand, LV1 – LV2 toutes séries PDF

Un oculaire est un système optique complémentaire de l’objectif. Il est utilisé dans les instruments tels allemand, LV1 – LV2 toutes séries PDF les microscopes ou les télescopes pour agrandir l’image produite au plan focal de l’objectif. Ce sont les caractéristiques inhérentes à l’oculaire seul.


21 sujets de juin 2002 et septembre 2001 entièrement corrigés, et des sujets supplémentaires des sessions antérieures.

Le champ apparent est l’angle de vue apparent à travers l’oculaire. Il est directement limité par la focale de l’oculaire et par la taille du diaphragme de champ placé dans son plan focal. Le champ réel dépend du grossissement et du champ apparent. On notera qu’une pupille de sortie plus grande que la pupille de l’observateur se traduira au minimum par une perte de lumière.

Sur un télescope ou tout autre système afocal, il se calcule en divisant la longueur focale de l’objectif par celle de l’oculaire. Sur un microscope, le grossissement de l’appareil se calcule en multipliant le facteur d’agrandissement de l’objectif par celui de l’oculaire. Ces deux méthodes sont en fait équivalentes. D de l’objectif associé est petit. Il y a bien longtemps que les instruments photographiques et autres spectrographes ont remplacé les oculaires au foyer des télescopes professionnels.

Le coulant est la jupe cylindrique de l’oculaire qui réalise par serrage la liaison mécanique avec l’instrument sur lequel il est utilisé. Il existe beaucoup de formules différentes, notamment pour les instruments d’astronomie. Les oculaires modernes cherchent également à augmenter le champ apparent afin d’améliorer le confort visuel. La formule optique de l’oculaire est souvent spécifiée sur la bague en toutes lettres ou par une abréviation. L’oculaire n’était alors qu’une simple lentille divergente. Quelques années plus tard, Kepler proposait un oculaire constitué d’une lentille convergente, cette fois.