Anthropologie de l’écriture et pédagogie Freinet PDF

Gars dans les Alpes-Maritimes, mort le 8 octobre 1966 à Vence dans les Alpes-Maritimes. Freinet, et en collaboration avec un réseau d’instituteurs, toute une série de techniques pédagogiques basée sur l’expression libre des enfants : texte libre, dessin libre, correspondance interscolaire, imprimerie et journal scolaire, enquêtes, réunion de coopérative, etc. Son nom reste attaché à la pédagogie Freinet anthropologie de l’écriture et pédagogie Freinet PDF se perpétue de nos jours, notamment via le Mouvement de l’École moderne.


L’originalité de ce travail est d’avoir voulu appréhender la pédagogie Freinet à partir des méthodes d’observation et d’investigation de l’anthropologie et plus particulièrement dans une de ses pratiques les plus significatives : le texte libre. Les outils théoriques mobilisés par l’auteur sont principalement ceux de la génétique textuelle, mais l’essentiel réside en ceci : adopter ce que les anthropologues appellent le  » point de vue de l’indigène « , soit qu’est-ce qui se passe quand un enfant écrit un texte, pourquoi tel texte, à quel moment, qu’en attend-il, comment le commence-t-il, le finit-il ? Au cours des différents chapitres, Pierre Clanché évoque aussi Tolstoï, Münch, précurseurs du texte libre, ou Wittgenstein et étudie des situations d’écriture qui vont de l’école primaire à la classe de seconde.

Freinet naît en 1896 dans le petit village de Gars, dans les Alpes-Maritimes. Seuls son frère et sa sœur plus âgés survivront jusqu’à l’âge adulte. Enfant il lui arrive de garder les troupeaux. En janvier 1919, il est nommé à La Croix Villard, où il ne se plaît pas.

Le 31 décembre 1919, il reçoit son avis d’affectation au Bar-sur-Loup. Il se lie d’amitié au romancier Henri Barbusse et noue des relations avec Henry Poulaille. Le 1er janvier 1920, il est nommé instituteur adjoint à l’école du Bar-sur-Loup. Il passe et réussit le concours de professeur d’École primaire supérieure en 1922. Il refuse un poste à Brignoles pour poursuivre l’expérience pédagogique qu’il a déjà entamée. En mai 1920, il publie son premier article, dans l’École émancipée, qui est une traduction d’un article d’un auteur allemand Adolphe Röchl.