Antiquités romaines : Tome 6 Livre VI, édition bilingue français-grec PDF

Ninive est l’une des plus anciennes cités de Mésopotamie. Elle était un important carrefour de routes commerciales traversant le Tigre. Ninive est alors entourée de remparts de briques sur une longueur antiquités romaines : Tome 6 Livre VI, édition bilingue français-grec PDF 12 km.


L’ensemble de ce vaste espace est aujourd’hui une superposition de ruines recouvertes à certains endroits par les nouvelles banlieues actuelles de la ville de Mossoul. Les fouilles de Ninive ont donc livré une partie substantielle des sources des connaissances actuelles sur l’empire assyrien et plus largement la culture de la Mésopotamie antique. Ninive et les principaux sites assyriens. Ninive est située au sud de l’actuel Kurdistan, dans une vallée fertile où l’agriculture sèche est possible, ainsi que l’élevage.

Khosr d’est en ouest, alors que le Tigre coule à l’ouest en dehors de l’espace urbain. Le tell le plus important du site, Kuyunjik, se situe au nord du Khosr qu’il surplombe et qui effectue une boucle sur son flanc oriental. La Mort de Sardanapale, d’Eugène Delacroix, 1827, représentant la légende de la chute de Ninive rapportée par Ctésias. Ninive est mentionnée dans plusieurs textes dès l’Antiquité, qui ont été lus au cours des siècles postérieurs et ont préservé le souvenir de l’empire assyrien et de sa dernière capitale.

Les récits relatifs à Ninive chez les auteurs de l’Antiquité gréco-romaine reposent généralement sur ce qu’a rapporté Ctésias dans sa partie sur l’histoire de l’empire assyrien. Ninive devrait son nom à son fondateur, le souverain légendaire Ninos, premier roi assyrien et conquérant de nombreuses contrées. Ce récit repose apparemment sur une confusion entre la chute de Babylone en 648 av. Dans la Bible hébraïque et chrétienne, Ninive est fondée par Nimrod. Les Assyriens ayant dominé les royaumes d’Israël et de Juda, son image y est négative.

Le Livre de Jonas est situé à Ninive : Jonas parvient à son grand dam à convertir cette grande ville incroyante. Ninive est le plus souvent associée dans la tradition juive, chrétienne puis musulmane. Plus proches du site, les auteurs arabes médiévaux mentionnent l’emplacement de l’antique Ninive. Une légende locale rapporte que le gigantesque poisson qui aurait conduit Yunus sur place est enterré sur le site. Plan du site de Ninive, avec la localisation des deux tells principaux et du centre de Mossoul, datant de 1903. Le site du tell de Kuyunjik, situé juste en face de la ville actuelle de Mossoul, est depuis longtemps connu pour être l’emplacement probable de l’antique Ninive. Les premières prospections sur Kuyunjik furent peu fructueuses, et il fallut un certain temps avant de confirmer l’identification de ce tell comme étant l’acropole de l’ancienne grande capitale assyrienne.

Kuyunjik furent logiquement, en 1842, la première destination du consul français local, Paul-Émile Botta, lorsqu’il tenta de retrouver Ninive. Peu de temps après, en 1847, son ami le jeune archéologue anglais A. 1849 à Kuyunjik pour y effectuer des fouilles plus ambitieuses, avec son assistant Hormuzd Rassam. Le tell de Kuyunjik, lithographie de Nineveh and Its Remains de A. Layard quitta par la suite les chantiers de fouilles de Mésopotamie pour se lancer dans une carrière de diplomate, et Henry Rawlinson pris les commandes des expéditions britanniques dans la région. Il fouilla en secret la partie nord du tell en décembre 1853, et tomba sur une partie du palais nord d’Assurbanipal, où furent mis au jour de nouveaux bas-reliefs, notamment les scènes de chasse au lion de ce roi, ses campagnes contre l’Elam et les Arabes, puis la deuxième partie des tablettes de la Bibliothèque d’Assurbanipal et des archives royales. D’autres campagnes de fouilles furent entreprises par des Britanniques après cet événement dramatique.

Smith fut financé par le Daily Telegraph pour retrouver une partie manquante du récit du Déluge, entreprise rapidement couronnée de succès. Mais il fut emporté peu après par une maladie contractée dans le Nord de l’Irak. Wallis Budge dirigea également des campagnes après 1885. Londres, au British Museum qui dirigeait désormais seul les fouilles du site, on s’attelait alors à traduire les tablettes exhumées et qui permettraient de redécouvrir la culture de la Mésopotamie ancienne et une partie de son histoire. Les fouilles reprennent à Kuyunjik de 1903 à 1905, sous la direction de L. Ils découvrent plus de 850 tablettes, dernier lot conséquent de textes provenant de Ninive à être mis au jour, et s’intéressent aux restes architecturaux, notamment ceux du temple de Nabû. Les campagnes portèrent à nouveau sur le temple de Nabû, ainsi que sur celui d’Ishtar, mais également sur d’autres constructions isolées.