Atlas des espaces publics : Saint-Etienne, une ville laboratoire PDF

Atlas des espaces publics : Saint-Etienne, une ville laboratoire PDF article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Les quais de Marans sur la Sèvre niortaise.


La ville de Saint-Étienne se dévoile comme un laboratoire vivant d’exploration des qualités d’usage des espaces publics, rue, ruelle, place, parc, square, friche, parvis, trottoir, passage, escaliers… Ce livre en décrit pas à pas les méthodes, les expérimentations et leurs résultats. En un faisceau de points de vue, les enquêteurs guident le cheminement du lecteur. Selon leur curiosité, leur étonnement ou leur connaissance singulière, selon leurs compétences disciplinaires ou d’usage, plus de cent trente étudiants, enseignants, habitants, chercheurs ou praticiens, ont prélevé dans le réel des représentations subjectives de la vie urbaine sensible. Ils relatent des expériences de promenades et décrivent des scènes ordinaires observées ou enregistrées. Les «je» et les «nous» ne figurent pas des auteurs mais procèdent d’une mise en partage et en débat dès renonciation puis au moment de la retranscription écrite. Le lecteur peut entrer à son tour dans l’espace de la connaissance intersubjective, soit parce qu’il est lui-même un fin connaisseur de la ville, soit au contraire parce qu’il découvre telle ou telle ressemblance ou dissemblance avec bien des caractères d’autres villes qui lui sont familières.

Marans a la particularité d’être la commune la plus étendue du département de la Charente-Maritime. C’est également la commune la plus septentrionale de la Charente-Maritime, considérée comme la  porte de l’Aunis , ancienne province, à laquelle elle a toujours appartenu depuis ses origines. Marans est aujourd’hui une cité fluviale sur la Sèvre niortaise, un port de plaisance actif et un centre touristique. Articles connexes : Géographie de la Charente-Maritime et Géologie de la Charente-Maritime. La commune est arrosée d’est en ouest par la Sèvre Niortaise, fleuve côtier qui sert de délimitation administrative avec le département voisin de la Vendée. La ville est également un lieu de contact au sein du parc inter-régional du Marais Poitevin, sa position la plaçant dans le marais desséché, par opposition au marais mouillé situé un peu plus à l’est. Située à une vingtaine de kilomètres au nord de La Rochelle et à 130 km au sud de Nantes, Marans bénéficie d’une position géographique particulière sur un des axes routiers les plus fréquentés du Centre-Ouest de la France.

Ce contournement est en cours d’aménagement. Cependant rien ne garantit que ces aménagements de voies existantes permettent de résoudre les difficultés. Le port de Marans sur le canal de la Sèvre niortaise. La Sèvre niortaise qui fut pendant de longs siècles une grande artère fluviale pour le trafic maritime ne joue plus ce rôle depuis que sa partie amont entre Niort et Marans a été déclassée en tant que voie navigable.

Ancien port de commerce reconverti aujourd’hui en port de plaisance, Marans a fait aménager ses bassins à flot pour l’accueil des bateaux de plaisance qui empruntent un canal de dérivation. L’aéroport le plus proche se trouve à une vingtaine de kilomètres au sud de Marans : l’aéroport de La Rochelle – île de Ré a notamment développé des relations très serrés avec les iles Britanniques dont nombre de leurs ressortissants se sont fixés dans la région. La commune de Marans repose dans sa totalité sur une assise calcaire-marneuse du Jurassique et a la particularité géologique de former l’extrémité septentrionale du bassin aquitain, représenté par les derniers terrains du vaste promontoire calcaire de l’Aunis. Sur ce substratum calcaire se sont déposées à la fois des alluvions d’origine fluviatile à la fin du Quaternaire et des sédiments d’origine marine, ces derniers étant issus de l’ancien golfe des Pictons, comblé progressivement dans les deux derniers millénaires et prenant la forme actuelle des marais littoraux et asséchés. Articles détaillés : Canal de Marans à La Rochelle et Canal maritime de Marans à la mer. La ville est bâtie sur une ancienne île calcaire du golfe des Pictons qui, dès l’époque médiévale, fut drainé formant par la suite de vastes marécages.

Ces derniers furent irrigués par de très nombreux canaux et sont devenus le domaine du Marais poitevin desséché. La Sèvre niortaise traverse d’est en ouest la ville de Marans, où la marée se fait sentir, permettant depuis le Moyen Âge l’établissement d’un port fluvial. Marans est située à environ deux kilomètres en aval du lieu de confluence de la Vendée et de la Sèvre niortaise. Le canal de Marans à La Rochelle, qui est également dénommé canal de Rompsay et canal de Marans selon l’endroit, partage avec celui de La Bridoire la plus grande longueur en Charente-Maritime. Le canal maritime de Marans à la mer, qui coule en aval du port fluvial de Marans, est un canal de dérivation de cinq kilomètres de longueur, servant aujourd’hui de voie de transit pour les bateaux de plaisance.