Baselitz : Une seule passion, la peinture PDF

De style néo-gothique, elle est située dans le quartier du Vieux-Lille, à l’emplacement de l’ancienne motte castrale. Le projet de son édification, porté par une commission qui réunit des représentants du clergé et de la haute bourgeoisie industrielle créée en 1853 par Charles Kolb-Bernard, véritable chef laïc du catholicisme lillois, répond à un double objectif. Mais baselitz : Une seule passion, la peinture PDF’idée de confier la construction d’une église en l’honneur de la Vierge à des architectes étrangers de confession anglicane soulève de telles objections que la réalisation du projet échoit finalement à l’architecte lillois Charles Leroy. Simple chapelle à l’origine, Notre-Dame-de-la-Treille se voit conférer le titre de basilique mineure par le pape Pie X en 1904.


Photographie en noir et blanc d’une statue de la Vierge couronnée, avec un sceptre et portant Jésus enfant, sur un piédestal au treillis de bois. Lille n’est pas le siège d’un évêché et se trouve appartenir à l’archidiocèse de Cambrai. En 1667, Louis XIV prend Lille et, en 1713, les traités d’Utrecht tracent de nouvelles frontières qui coupent en deux les diocèses d’Ypres, Tournai et Cambrai. Photographie en noir et blanc d’un homme glabre représenté à mi-corps vêtu d’une redingote un poing sur la hanche.

Anti-républicain, légitimiste, porte-parole de la haute bourgeoisie protectionniste, véritable chef du catholicisme lillois, Charles Kolb-Bernard est lié par alliance à la famille Bernard, l’une des plus anciennes de la grande bourgeoisie lilloise, à laquelle appartient également l’abbé Charles Bernard. Si elle gagne en acuité tout au long du siècle, la question sociale n’est pas nouvelle. Dès 1822, défendant une délibération sur l’érection d’un évêché à Lille que le conseil municipal adopte à l’unanimité, son rapporteur, Gaspard Charvet-Defrenne, s’exclame :  Négociants, voulons-nous jouir en paix du fruit de nos travaux et de notre industrie ? Armand Prat, qui reprend les arguments développés par ses prédécesseurs dans un mémoire de 1856 intitulé Considérations sur la création d’un évêché à Lille, assure que  déjà la religion, en multipliant ses moyens d’action, a produit d’heureux résultats dans l’arrondissement. Enjeu de reconnaissance du statut de capitale religieuse de la ville, la création d’un siège épiscopal à Lille relève aussi de considérations linguistiques et financières.

En effet, le diocèse de Cambrai, tout en longueur, couvre deux aires linguistiques, le flamand étant très présent dans la partie nord occidentale, très éloignée du siège. 1853, Charles Kolb-Bernard et son cousin l’abbé Charles Bernard, ancien curé de Sainte-Catherine devenu vicaire général de Cambrai en 1845, sont à l’initiative de la création d’une commission, l’ Œuvre de Notre-Dame-de-la-Treille et Saint-Pierre , dont l’objet est la construction de la plus somptueuse des églises en l’honneur de Notre-Dame de la Treille. Le cahier des charges du bâtiment mis au concours est très explicite : il s’agit de proposer la cathédrale idéale du Moyen Âge dans toutes ses dimensions, la construction mais aussi l’ornementation et l’ameublement du futur édifice. Photographie en couleurs de la maquette de la cathédrale vue de trois-quarts face présentant deux grandes tours pointues en façade. La maquette est à l’intérieur de la cathédrale. La maquette du projet de cathédrale.