Bretagne PDF

Bretagne PDF college trains future professionals for careers in industry, services and research. Post-Master Professional certificates are available at Telecom Bretagne.


Prenez le grand large pour une balade gastronomique au cœur de la Bretagne. De la daurade braisée au cidre au far aux pruneaux, en passant par le Kig ha farz… 60 recettes savoureuses et iodées invitent la Bretagne à votre table !

One of its greatest successes has been turbocodes for which Prof C. Berrou won the Marconi Prize in 2005. It also has a large network of academic partners, in France and abroad. Conditions for studying are ideal with a beautiful main campus by the sea, with full student facilities. Roland que la légende a fait neveu de Charlemagne, mort en 778 à Roncevaux.

Waroch Ier prend le Vannetais qui devient le Broërec, mais échoue devant la ville de Vannes. En 578, Waroch II, son petit-fils, conquiert la ville de Vannes et vainc l’armée de Chilpéric au bord de la Vilaine. En 753, Pépin le Bref prend Vannes et décide de créer la Marche de Bretagne, afin de protéger le royaume Franc des incursions bretonnes. En 778, Roland, neveu de Charlemagne et successeur de Griffon comme préfet de la Marche meurt. En 786, le sénéchal Audulf mène un raid contre les Bretons.

En 799, le comte Guy, préfet de la Marche, conquiert la Bretagne. Entre 814 et 818, Lambert Ier de Nantes succède à son père comme préfet de la Marche de Bretagne. 811 et 818, Louis le Pieux nomme Nominoë comte de Vannes en 819, puis ducatus ipsius gentis des Bretons en 831. La révolte de 824, menée par Wiomarc’h, fut d’une ampleur telle que Louis le Pieux dut intervenir en personne accompagné de ses fils Pépin et Louis. En 840, Louis le Pieux meurt. La Bataille de Ballon, nouvelle victoire de Nominoë sur Charles le Chauve marque, en 845 l’indépendance de la Bretagne, concrétisée par un traité en 846. En 849, les hostilités reprennent, avec des raids en profondeur en Francie occidentale et la prise de Rennes et de Nantes.

En 851, Nominoë meurt en campagne près de Vendôme. La Marche de Bretagne est alors totalement incorporée au royaume de Bretagne. Quelques siècles plus tard, les Marches Bretagne-Poitou furent un regroupement de paroisses bénéficiant d’un statut à part. D’un point de vue patrimonial, il reste de nombreux vestiges qui témoignent du rôle de frontière de cette région.

Les châteaux médiévaux et les forteresses en sont les meilleurs exemples. Le Conseil général de la Loire-Atlantique et la région Bretagne ont mis en place une exposition sur le thème des Marches de Bretagne. Ce thème a été inauguré à Châteaubriant, où le château a hébergé l’exposition jusqu’à fin 2010. Chénon,  Les marches séparantes d’Anjou, Bretagne, et Poitou , in Nouvelle revue historique de droit français et étranger, 16e année, 1892, p. Léon Levillain,  La Marche de Bretagne, ses marquis et ses comtes , in Annales de Bretagne, vol.

Le péage de Champtocé sur Loire, d’après le procès de 1412-1414 , in Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, vol. Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, vol. Pornichet, Éditions Jean-Marie Pierre, 1992, 238 p. Chroniques des jours ordinaires dans les marches de France et de Bretagne à l’automne du Moyen Âge, Fougères, René Cintré, 2006, 190 p. Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne : des origines au Moyen Âge, Laval, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, coll.