Brit Pulp : La britpop selon Pulp de Thatcher à Blair PDF

Un article de Wikipédia, l’brit Pulp : La britpop selon Pulp de Thatcher à Blair PDF libre. Jarvis Cocker lors d’un concert de Pulp au Festival de l’île de Wight en 2011.


Beatles ou Rolling Stones ? Clash ou Sex Pistols ? Blur ou Oasis ? Régulièrement, la pop anglaise, relayée par une presse complice, renvoie dos à dos deux de ses plus illustres représentants dans un combat plus ou moins factice fondé sur des arguments et valeurs artificiels : gendres idéaux contre vilains garnements, mélodie contre hargne, engagement contre nihilisme, sophistication contre authenticité… Pendant ce temps, autour du ring, des groupes moins contraints par ce marketing manichéen trempent avec discernement leur plume dans la bière des pubs de l’Albion et dans l’encre des tabloïds et autres quotidiens populaires, pour en tirer un portrait sans fard de la société britannique, au risque de ne susciter de véritable intérêt qu’à l’intérieur de leur île : les Kinks de Ray Davies dans les années soixante, les Jam de Paul Weller durant la vague punk des seventies ou Pulp sous l’ère britpop. De 1978 à 2002, le groupe de Jarvis Cocker aura ainsi traversé de nombreuses modes et époques avec la même exigence dans son écriture de même qu’un grand sens de la théâtralité. Après être resté dans l’ombre plus d’une décennie dans sa ville de Sheffield, il finit par accéder à la célébrité dans le sillage de jeunes groupes nés, eux, au bon endroit et au bon moment tels que Suede, Blur ou Oasis. Puis il explose au printemps 1995 avec la chanson Common People, récit de la fascination malsaine dont sont l’objet les classes populaires anglaises et tube définitif coincé entre la fin des années Thatcher et le début des années Blair, qu’il accompagnera jusqu’à leur déclin. Tour à tour récit biographique, chronique historique et analyse musicale, Brit Pulp – La britpop selon Pulp, de Thatcher à Blair montre des artistes s’habillant dans le drapeau national, des popstars croisant un Premier ministre ou le « King of pop » être humilié en public. À travers les yeux et l’œuvre de Jarvis Cocker, songwriter talentueux et star improbable, ce livre dissèque vingt-cinq années de la pop de Sa Gracieuse Majesté, ses gros titres et ses marges, sa politique et ses polémiques, ses génies et ses groupies. Un voyage pulpitant au cœur de la fameuse britpop !

Pulp est un groupe de rock britannique, originaire de Sheffield, en Angleterre. Cependant, Pulp ne commence à connaître la célébrité qu’à partir de la moitié des années 1990 avec l’album His ‘N’ Hers mais surtout Different Class, album qui deviendra alors au Royaume-Uni un véritable phénomène de société, reposant sur les textes satiriques du middle-class hero Jarvis Cocker. Il se compose, à l’origine, de Mark Swift aux percussions, David Lockwood à la basse, de Peter Dalton à la guitare et de Jarvis Cocker au chant et à la guitare. Mais il se dissout en 1982 car tous les membres quittent l’école de Sheffield. Jarvis Cocker crée une formation de huit membres pour enregistrer l’album It.

Jarvis Cocker, à l’époque âgé de 15 ans, et son ami Peter Dalton, 14 ans, forment le groupe à la City School de Sheffield. Cooker voulait nommer son groupe en hommage au film Pulp avec Michael Caine, mais pensait qu’il serait trop court. Le groupe sort en 1987 l’album Freaks. Le label indépendant français Rosebud sortira en 1991 l’album Separations. En 1992, Gift Record une sous-division de Warp Records sort leur single Babies qui les rapproche toujours plus du succès.

D’ailleurs Cocker réalisera l’année suivante le clip du titre On d’Aphex Twin pour le compte de Warp. Le groupe rencontre enfin le succès en 1994 avec le single Do You Remember the First Time? Ainsi, Common People évoque avec ironie la visite d’une fille aisée ayant pour ambition de vivre comme le commun du peuple tandis que son père serait de toute façon présent à la moindre contrainte, ce qui est un détail irréversible pour Jarvis, qui se moque de cette hypocrisie, faisant référence en anglais au slumming ou class tourism. Maniant ses mots, ses rimes et ses phrasés avec humour et intelligence depuis le début du groupe, Jarvis Cocker sera bientôt reconnu pour être un grand parolier et chanteur. En 2004, c’est un autre Jackson Joe Jackson qui reprendra avec William Shatner leur hit Common People sur l’album de l’ex- Capitaine Kirk Has Been.

En septembre 2006, sortie d’une compilation The Peel Sessions regroupant des enregistrements de titres de Pulp de 1982 à 2002 dans le show de John Peel sur BBC Radio1. Le fondateur charismatique du groupe Jarvis Cocker sort en octobre 2006 son premier album solo, qui a pour titre son prénom, Jarvis, pour sous-entendre, a-t-il dit dans un entretien, qu’on peut désormais l’appeler par son nom, car sa musique lui ressemble enfin. Celle-ci s’avère plus minimaliste que celle de Pulp, alternant ballades pop et chansons plus punk. En mai 2015, une plaque commémorative est érigée en l’honneur du groupe, au Leadmill, de Sheffield. 1994 : Do You Remember the First Time? Brit Pulp – La britpop selon Pulp de Thatcher à Blair, de Jean-Marie Pottier.

Paru en 2009 aux éditions Autour du Livre dans la collection des Cahiers du Rock. Ce livre raconte la pop anglaise des années 1980 à 2000 et ses rapports avec le monde politique, à travers la carrière du groupe Pulp. Do You Remember The First Time? Couverture du magazine NME consacrée au retour de Pulp, le 15 novembre 2010. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 31 décembre 2018 à 16:05. Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Jarvis Cocker lors d’un concert de Pulp au Festival de l’île de Wight en 2011. Pulp est un groupe de rock britannique, originaire de Sheffield, en Angleterre. Cependant, Pulp ne commence à connaître la célébrité qu’à partir de la moitié des années 1990 avec l’album His ‘N’ Hers mais surtout Different Class, album qui deviendra alors au Royaume-Uni un véritable phénomène de société, reposant sur les textes satiriques du middle-class hero Jarvis Cocker. Il se compose, à l’origine, de Mark Swift aux percussions, David Lockwood à la basse, de Peter Dalton à la guitare et de Jarvis Cocker au chant et à la guitare. Mais il se dissout en 1982 car tous les membres quittent l’école de Sheffield.

Jarvis Cocker crée une formation de huit membres pour enregistrer l’album It. Jarvis Cocker, à l’époque âgé de 15 ans, et son ami Peter Dalton, 14 ans, forment le groupe à la City School de Sheffield. Cooker voulait nommer son groupe en hommage au film Pulp avec Michael Caine, mais pensait qu’il serait trop court. Le groupe sort en 1987 l’album Freaks. Le label indépendant français Rosebud sortira en 1991 l’album Separations. En 1992, Gift Record une sous-division de Warp Records sort leur single Babies qui les rapproche toujours plus du succès. D’ailleurs Cocker réalisera l’année suivante le clip du titre On d’Aphex Twin pour le compte de Warp.

Le groupe rencontre enfin le succès en 1994 avec le single Do You Remember the First Time? Ainsi, Common People évoque avec ironie la visite d’une fille aisée ayant pour ambition de vivre comme le commun du peuple tandis que son père serait de toute façon présent à la moindre contrainte, ce qui est un détail irréversible pour Jarvis, qui se moque de cette hypocrisie, faisant référence en anglais au slumming ou class tourism. Maniant ses mots, ses rimes et ses phrasés avec humour et intelligence depuis le début du groupe, Jarvis Cocker sera bientôt reconnu pour être un grand parolier et chanteur. En 2004, c’est un autre Jackson Joe Jackson qui reprendra avec William Shatner leur hit Common People sur l’album de l’ex- Capitaine Kirk Has Been. En septembre 2006, sortie d’une compilation The Peel Sessions regroupant des enregistrements de titres de Pulp de 1982 à 2002 dans le show de John Peel sur BBC Radio1. Le fondateur charismatique du groupe Jarvis Cocker sort en octobre 2006 son premier album solo, qui a pour titre son prénom, Jarvis, pour sous-entendre, a-t-il dit dans un entretien, qu’on peut désormais l’appeler par son nom, car sa musique lui ressemble enfin. Celle-ci s’avère plus minimaliste que celle de Pulp, alternant ballades pop et chansons plus punk.