Céramique contemporaine : Un autre regard PDF

L’Homme au turban rouge, Jan van Céramique contemporaine : Un autre regard PDF, 1433. Un autoportrait est une représentation d’un artiste, dessinée, peinte, photographiée ou sculptée par l’artiste lui-même.


Avec le perfectionnement des techniques de miroiterie, les miroirs deviennent plus accessibles et l’avènement du portrait en panneau, de nombreux peintres, sculpteurs et graveurs s’essayent à l’autoportrait. Le portrait de L’Homme au turban rouge de Jan van Eyck réalisé en 1433 pourrait bien être le plus ancien autoportrait. Il aurait été utilisé dès 1359 dans l’Assomption de la Vierge d’Andrea Orcagna. Albrecht Dürer est un des grands créateurs du genre de l’autoportrait, comme représentation distincte de soi. Il se dessine dès l’âge de treize ans en 1484, puis peint quatre grands autoportraits en 1493, 1498 et 1500. Les grands peintres italiens de la Renaissance ont réalisé assez peu d’autoportraits. Flamands et Hollandais font de l’autoportrait un véritable exercice d’introspection.

Van Dyck et Rubens nous ont laissé de nombreuses images d’eux-mêmes, en général valorisées. Mais le plus marquant des autoportraitistes est sans conteste Rembrandt, qui a consacré près d’une centaine d’œuvres, gravures ou toiles, à l’image de soi. L’autoportrait apparaît chez lui comme une forme de journal intime, fondant pour la peinture ce que Philippe Lejeune a nommé  le pacte autobiographique . Dans les années 1800, Goya s’est lui aussi représenté à de nombreuses reprises. Jean Siméon Chardin renouvelle le genre, n’hésitant pas à se peindre à plusieurs reprises, avec bonnet et lorgnons. Gogh, en partie conformément à l’esthétique de ce mouvement, fondée sur l’exploration méthodique du Moi.

Dans la lignée de celle de Rembrandt, apparaît l’œuvre  autopicturale  de Van Gogh, qui s’est représenté trente-sept fois, de 1886 à 1889. Dans tous ces autoportraits on est frappé par le regard du peintre, rarement porté sur nous, et qui même lorsqu’il nous fixe semble regarder ailleurs. Les nombreux autoportraits d’Egon Schiele méritent également un grand intérêt, car nul autre que lui n’est allé aussi loin dans l’exhibitionnisme et l’auscultation fascinée, angoissée, ou épouvantée de soi. Avec Frida Kahlo les choses sont différentes.

On sait qu’à la suite d’un terrible accident elle dut passer de nombreuses années de sa vie alitée, n’ayant qu’elle-même pour modèle. On lui doit de nombreux autoportraits en buste, mais aussi des représentations cauchemardesques dont beaucoup symbolisent les souffrances physiques qu’elle a vécues. Néanmoins, des peintres majeurs comme Picasso ou Francis Bacon ont à leur tour considérablement renouvelé le genre. Yan Pei-Ming qui a réalisé de nombreux autoportraits monumentaux. L’artiste utilise ici une mise en abyme, qui consiste à incruster dans une image cette image elle-même. Dürer, Picasso, Rembrandt, et van Gogh. En sculpture, l’autoportrait est marqué à la Renaissance par celui de Lorenzo Ghiberti avec son buste à la porte du paradis au baptistère de Florence.