Comme des papillons PDF

La migration des papillons est, avec celle des criquets, l’un des types les plus visibles et les plus connus de migration d’insectes. L’existence de migrations est confirmée pour plus de 300 espèces de papillons, principalement tropicaux. Selon les espèces, les papillons peuvent réaliser des migrations plus ou moins importantes : elles peuvent être annuelles ou occasionnelles, et se faire comme des papillons PDF de grandes distances ou se limiter à une dispersion à partir de l’aire de naissance. Les papillons ne sont pas tous migrateurs, loin de là : nombre d’espèces ne s’éloignent pas de l’endroit où elles ont été pondues, puis ont vécu leur temps larvaire.


Cette incursion dans le monde de l’Au-delà de six personnes décédées ayant vécu dans divers milieux, à différentes époques – de 1920 à 1980 – est des plus fascinantes. Chacune de ces personnes a choisi d’entrer en communication avec l’un de ses proches. Certains remettent en question des idées préconçues, religieuses ou sociales. D’autres, qu’ils aient été croyants ou non, esquissent de troublantes réponses à la question: Que se passe-t-il après la mort ? 349 pages

Néanmoins, dans une population, il est possible d’avoir la présence de papillons autochtones, renforcés saisonnièrement par l’arrivée de congénères migrateurs. Autre observation dans les Chronicles of Calais in the Reigns of Henry VII and Henry VIII  Le 9 juillet 1508, dans la 23e année du règne du roi Henri VII, un dimanche, un monstrueux essaim de papillons blancs survola Calais, venant du nord et allant vers le sud-est. Il s’agissait peut-être de Pieris brassicae, qui migre à cette période et dans cette direction. Ces observations ne se limitent pas à l’Europe. 8 au 10 juin 1826 est restée célèbre : plus de 100 témoignages d’observations, d’Espagne, de France, d’Italie, d’Allemagne, de Suisse, des Pays-Bas, de Belgique et des îles Britanniques ont été rapportés. Une autre migration exceptionnelle a eu lieu du 3 au 8 juin 1879, en une bande large de 1 kilomètre, des vanesses du chardon qui se reposent le 5 juin près du col du Saint-Gothard, puis repartent pour le lac de Constance et Karlsruhe.

C’est la publication d’un article, Migration of Butterflies de Carrington Bonsor Williams, dans Entomologists Record puis en 1925 dans Nature, qui fait la preuve de la migration des papillons. Néerlandais, les Allemands et les Danois ont créé des bureaux d’étude reposant sur un réseau d’observateurs. En 1964 Kurt Harz fonde le Centre allemand d’études pour la migration des papillons qui couvre toute l’Europe Centrale. En France les études ont commencé pour le Vulcain en 1998, puis pour la Belle-Dame en 2000. Actuellement, l’étude des migrations des papillons comporte les comptages visuels, le suivi des échos radar, le marquage et l’étude génétique qui permet de différencier un migrateur d’un autochtone. En Amérique du Nord, les nuages de papillons en migration sont parfois si denses qu’ils sont nettement visibles des radars météorologiques.