Comment partager et vendre de l’information PDF

Cet article est une ébauche concernant la psychologie. Carl Gustav Jung, en particulier ses apports et sa conceptualisation sur ce que l’on nomme en psychologie analytique junguienne : le type psychologique. Comment partager et vendre de l’information PDF socionique s’appuie aussi sur Freud et ses deux concepts clefs : qu’il existe un conscient et un inconscient.


Pour réussir une entreprise en ligne vous n’êtes absolument pas obligé de faire toutes les erreurs, seul, dans votre coin. Vous pouvez observer et apprendre de l’expérience des autres pour éviter la plupart des embûches du Net. Il y a beaucoup d’embûches, et vous pouvez ne pas tomber dans toutes, ni tenter de vous en sortir tout seul à chaque fois.
Vous n’avez pas besoin non plus de réinventer le fil à couper le beurre. La vérité est qu’il existe un certain nombre de business modèles qui fonctionnent et qu’il en existe d’autres qui ne marchent pas.
C’est un pari qui marche toujours : les meilleurs web-marketeurs utilisent les meilleures techniques et la plupart des web-marketeurs ont déjà fait les erreurs que vous pourriez faire. S’ils n’utilisent pas telle ou telle technique, c’est tout simplement parce qu’ils savent qu’elles ne marchent pas.
Il existe des techniques, des processus que la plupart des les acteurs d’internet qui réussissent utilisent. Nous allons aborder ces techniques, dans ce second volume consacré au marketing Internet pour web-Entrepreneurs débutants. Ce volume fait partie d’une série de compilation des meilleurs articles publiés sur le blog : www.marketeur-web.com

Antoni Kępiński, portant sur la structure de l’information. Cette approche fut élaborée dans la sphère politique de l’union soviétique, et bien que ne s’étant pas développée en lien avec les recherches occidentales, elle est parvenue à être le pendant du développement qu’a connu la théorie junguienne du Type psychologique par le Myers Briggs Type Indicator. En socionique, la modélisation et les usages des divers types de personnalités sont cependant différents, et la méthode d’approche est plus complexe que dans celle du MBTI. Il y a là débat d’experts.

L’Institut international de socionique fondé en 1991 à Kiev, en Ukraine, diffuse aujourd’hui ces travaux. Le directeur de l’organisation est le Docteur Alexandre Boukalov. C’est afin d’éviter les récupérations mal comprises de ces travaux, en particulier celles proposant par exemple  que lorsque l’on est de tel ou tel type, on doit forcément agir de telle ou de telle façon  ou « que ni du « type psychologique », ni de la façon  d’être ou d’agir  nous ne puissions à tout jamais sortir de notre vie » qu’il développa dans l’ouvrage  L’homme et ses symboles  une mise en garde. Gandhi est un introverti car, à l’image d’un sage, il fut un être ouvert à l’introspection pendant une grande partie de sa vie, mais par la suite, il fut aussi un extraverti à l’image d’un chef d’état, d’un révolutionnaire même si ce fut au nom « de la non-violence ».

Il nous met aussi en garde en indiquant qu’ il est assez stérile d’étiqueter les gens et de les presser dans des catégories. Carl Gustav Jung – L’Homme à la découverte de son âme. La Socionique est un modèle stipulant que chacun des seize types psychologiques possèdent un rôle social plus ou moins déterminé. Chaque personne accepte et produit de l’information de manière différente selon son type, ce qui génère des comportements différents selon les types. La Socionique stipule également que les relations humaines sont prévisibles. La réalité est perçue par chaque personne, de manières légèrement différentes selon les types de ces mêmes personnes, ce qui génère des comportements différents, et des capacités mentales différentes.

Ce qui peut générer des interactions différentes. La Socionique propose aussi un modèle relationnel, avec quatorze types de relations, déterminables par les types des personnes impliquées. Aushra Augustinavichute disait que la réalité objective était constituée de huit aspects, et qu’elle envoie constamment de l’information sur elle-même. Chaque élément perçoit la réalité sous l’aspect correspondant.