Correspondance de Fénelon : Tome 18 PDF

Titulaire de la première chaire correspondance de Fénelon : Tome 18 PDF’histoire de la Révolution française à la Sorbonne, à partir de 1885 et jusqu’en 1922, il est un des premiers historiens de la Révolution à s’appuyer sur de véritables recherches archivistiques, avec un corpus scientifiquement confirmé. Alphonse Aulard appréhende Danton comme la figure majeure de la Révolution. Il revient plus tard sur cette idée, notamment lors de l’écriture de son livre Histoire politique de la Révolution française, et de son refus d’être présent lors de la cérémonie d’inauguration de la statue de Danton.


Le dernier volume de la Correspondance de Fénelon enrichit notre documentation par l’édition des nombreuses lettres apparues depuis 1972, quand a débuté l’entreprise éditoriale de Jean Orcibal, Jacques Le Brun et Irénée Noye, que ce soit dans des bibliothèques en cours de consultation, dans des fonds d’archives récemment ouverts aux chercheurs – par exemple les archives du Saint-Office explorées par le regretté Bruno Neveu -, ou dans les ventes publiques de ces dernières décennies. A ces documents nouveaux sont jointes les lettres qui, ne portant mention ni de date, ni de destinataire, n’avaient pu être publiées à leur place dans les tomes précédents : ce sont essentiellement des missives du plus haut intérêt pour mieux connaître la spiritualité de l’archevêque de Cambrai. Elles illustrent également le tarissement progressif de la forme épistolaire dans les correspondances et la transformation progressive de ces dernières en traités et en opuscules spirituels. Une importante liste d’errata complète l’ensemble et vient corriger nombre de détails dans les lettres et dans les notes des dix-sept premiers tomes. Avec ce volume de compléments, nous disposons de l’édition de référence d’une des correspondances les plus importantes du XVIIe siècle, celle d’un grand écrivain, théologien et auteur spirituel, qui fut mêlé à tous les débats religieux, intellectuels et politiques du siècle de Louis XIV.

En 1867, il entra à l’École normale supérieure, alors qu’il avait dix-huit ans. Il fut reçu agrégé de lettres en 1871. Au ministère des Affaires étrangères, il fit partie de la commission des archives diplomatiques et de la commission de publication des documents diplomatiques sur les origines de la guerre de 1914. Il fut aussi membre de la commission des publications historiques de la ville de Paris. Membre de la société d’histoire moderne, de la société d’histoire de la guerre, d’histoire de la révolution de 1848, du collège libre des sciences morales, de l’institut franco-chinois, et franco-russe. Vice-président de la Ligue des droits de l’homme et de la mission laïque française.

De 1906 à 1912, il fut président de la Mission laïque française, une association qui créait et gérait des établissements scolaires à l’étranger. Radical-socialiste opposé à l’union électorale avec des hommes de droite lors des législatives de 1919, il mène sans succès la liste du Bloc républicain de gauche dans la 2e circonscription de Paris. Révolution française, Paris, Félix Alcan, 1893-1898, 2. Paris pendant la réaction thermidorienne et sous le Directoire du 10 thermidor an II au 19 brumaire an VIII, recueil de documents pour l’histoire de l’esprit public à Paris, Paris, Cerf, Noblet et Quantin, 1898-1902, 5. Récits des séances des députés des communes , depuis le 5 mai 1789 jusqu’au 12 juin suivant. Paris Société de l’Histoire de la Révolution Française, 1895, gr.

Révolution française 2, 2ème série, Paris : F. Révolution française 3, 3ème série, Paris : F. Révolution française 4, 4ème série, Paris : F. Les Orateurs de la Révolution 2me partie, La Législative et la Convention, Paris : P. Révolution française 6, 6ème série, Paris : F. Révolution française 7, 7ème série, Paris : F. Révolution française 8, 8ème série, Paris : F.

Révolution française 9, 9ème série, Paris : F. Notions d’histoire de la philosophie et de l’analyse des auteurs exigés pour l’examen du baccalauréat, 3e éd. De Caii Asinii Pollionis vita et scriptis, Parisis : E. Thèse pour le doctorat ès-lettres présentée à la Faculté des Lettres de Paris, Paris : E.