Dictionnaire Encyclopedique Des Sciences Medicales, Volume 88… PDF

Fontaine à chocolat dans une boutique de Bruxelles. Mexique et en Amérique dictionnaire Encyclopedique Des Sciences Medicales, Volume 88… PDF, le chocolat se démocratise avec la révolution industrielle.


Les Aztèques associaient le chocolat avec Xochiquetzal, la déesse de la fertilité. Dans une étude controversée, les linguistes Karen Dakin et Søren Wichmann remarquent que dans de nombreux dialectes nahuatl, le nom est plutôt chicolatl que chocolatl. Article détaillé : Histoire de la culture du cacao. Le livre de la Genèse Maya, le Popol Vuh, attribue la découverte du chocolat aux dieux. Dans la légende, la tête du héros Hun Hunaphu, décapité par les seigneurs de Xibalba, est pendue à un arbre mort qui donna miraculeusement des fruits en forme de calebasse appelés cabosses de cacao. Originaire des plaines tropicales d’Amérique du Sud et centrale, le cacaoyer, produisant les fèves de cacao, est cultivé depuis au moins trois millénaires dans cette région et dans l’actuel Mexique. Coupe d’une cabosse montrant les fèves entourées de mucilage.

En novembre 2007, des archéologues affirment avoir trouvé la plus ancienne preuve de l’utilisation des fèves, la situant entre 1100 et 1400 av. Par exemple, un Zontli est égal à 400 fèves, tandis que 8 000 fèves sont égales à un Xiquipilli. Noble maya offrant de la pâte de cacao. Les mayas n’utilisaient pas de monnaie métallique. Certains se demandent même si la perte de cette ressource lors d’une grande période de sécheresse n’a pas joué un rôle dans la chute de la civilisation maya. 250 à environ 900 le confirment pour la période précédent l’arrivée des colonisateurs.

Les Aztèques associent le chocolat avec Xochiquetzal, la déesse de la fertilité. Ils pensent que le Xocoatl permet de lutter contre la fatigue et cette croyance découle probablement de la teneur en théobromine du produit. En 1494, Christophe Colomb jette par-dessus bord les fèves qu’il avait reçues des Amérindiens. Détestable pour ceux qui n’ont pas l’habitude d’en consommer, tout en ayant une mousse ou une écume qui a très mauvais goût. Oui, c’est une boisson très estimée parmi les Indiens, dont ils régalent les nobles qui traversent leur pays.

Les Espagnols, hommes et femmes, qui sont habitués au pays, sont très friands de ce chocolat. Hernán Cortés découvre le breuvage chocolaté en 1519. Son commerce s’étend alors aux autres colonies espagnoles comme les Pays-Bas espagnols. Le Chocolat du Matin, peinture de Pietro Longhi, 1775-1780.

En parallèle, dans le nouveau monde, la consommation de cacao est très répandue chez les missionnaires et conquistadores. Le chocolat est alors consommé chaud sous forme de boisson comme le café. Comme pour les boissons exotiques que sont le thé ou le café, l’Église se pose la question de savoir s’il s’agit d’un aliment ou d’une source de plaisir. Durant plusieurs siècles, le mode de fabrication du chocolat reste inchangé.

Il faut attendre l’arrivée de la révolution industrielle pour que ces moulins soient utilisés à plus grande échelle. Bristol, en 1780, Joseph Storrs Fry père ouvre une manufacture de pâte de chocolat : J. L’essentiel de sa production est vendu aux drogueries et aux pharmacies de la ville. Cela permet de produire en grande quantité la pâte de chocolat pour fabriquer des boissons chocolatées, des pastilles, des gâteaux, des bonbons ainsi que des préparations médicales. De nouvelles manufactures apparaissent aussi en Angleterre. Ils vont peu à peu diversifier leurs productions avec les confiseries et les gâteaux.