En trois points et quelques autres : entretiens avec Michel Stourm PDF

Roche de cocaïne, classifiée comme stupéfiant. La consommation de drogues par l’homme -afin de modifier ses fonctions physiologiques ou psychiques, ses réactions physiologiques et ses états de conscience- n’est pas récente. Le terme  drogue  recouvre essentiellement deux aspects : en trois points et quelques autres : entretiens avec Michel Stourm PDF nature des effets biologiques que la drogue induit d’une part et, d’autre part, les rapports que celui qui la consomme entretient avec elle.


Daniel Hoeffel, sénateur du Bas-Rhin et maire de Handschuheim, évoque ici 60 ans de vie régionale. Au cours de ces entretiens, il raconte ses engagements, ses choix, ses combats, ses espoirs et ses déceptions. Un demi-siècle de l’histoire de l’Alsace resurgit à travers un de ses acteurs essentiels. « Copyright Electre »

Il faut qu’un composant chimique donné soit consommé pour qu’il puisse répondre à l’appellation de  drogue . Le mode et la fréquence de consommation influe directement sur l’accoutumance ou la dépendance au produit. Les règles édictées par les États tiennent compte des implications politiques, sociales et sanitaires de la consommation de drogues et déterminent la réglementation de leur usage ou leur interdiction. De façon plus générale, toute chose ou situation faisant l’objet d’une addiction est appelée  drogue . La cigarette est également une drogue, dérivée du tabac.

La prise en compte de plusieurs paramètres permet de mieux cerner la notion de drogue. La notion de drogue, en plus d’être caractérisée par des éléments biochimiques, est également caractérisée par la législation internationale sur les stupéfiants. Dans certains pays, la peine de mort est appliquée pour les trafics de drogue, les harcèlements, les violences. En France, ces actes font l’objet de peines d’amende et d’emprisonnement.