Ernest Psichari : L’aventure et la grâce PDF

Ordre de l’Etoile Noire Chevalier ribbon. Ernest Psichari naît le 27 septembre 1883 à Paris. Il est le fils de Jean Psichari, professeur de philologie grecque à l’École pratique des hautes études. Il est l’arrière petit-neveu du peintre Ary Scheffer, dans la demeure duquel il vit à Paris plusieurs ernest Psichari : L’aventure et la grâce PDF à partir de 1900.


La vie brève et intense d’Ernest Psichari (1883-1914) est le condensé des passions, des désillusions et de l’espérance de la jeunesse intellectuelle du début du XXe siècle. Elevé dans un milieu progressiste et dreyfusard, petit-fils de Renan, ami intime de Charles Péguy et du philosophe Jacques Maritain, Ernest Psichari était indiscutablement destiné au socialisme et aux belles-lettres.
Il devint en fait une icône pour la droite française de Barres et de Maurras, un écrivain mystique converti au catholicisme dans les sables de la Mauritanie, un aventurier colonial et un héros adulé par toute une génération de Français, qui devait trouver la mort durant la Grande Guerre.
Le Voyage du Centurion, L’Appel des Armes, ses livres les plus connus, parlent de la France, de l’Afrique, de la colonisation, de l’amour de Dieu et de la gloire militaire, du devoir et de ses servitudes.
Mais à l’image de la vie romanesque de leur auteur, ils témoignent par-dessus tout de cet immense appétit d’aventure qui dévorait la jeu­nesse française d’alors. De Gaulle et bien d’autres ont reconnu leur dette vis-à-vis de celui qui mourut au champ d’honneur.

Hugues Moutouh, trente-neuf ans, docteur en droit et agrégé des Facultés, est professeur h l’université René-Descartes-Paris 5- lia exercé des responsabilités au sein de plusieurs cabinets ministériels et est l’auteur d’un ouvrage sur les Tsiganes (Les Tsiganes, Flammarion), ainsi que d’un manuel, Libertés publiques (PUF).

Il commence à publier, au cours de ses études de philosophie, des poèmes d’inspiration symboliste dans diverses revues. 19 ans de la sœur de Jacques Maritain, Jeanne, de sept ans son aînée. Elle le quitte pour un autre homme et le jour de son mariage, Psichari tente de mettre fin à ses jours en prenant une dose excessive de drogues. Sauvé par son ami Maurice Reclus, il tente ensuite de se tuer avec un revolver mais est une nouvelle fois sauvé par Reclus. Il est nommé caporal en juin, puis sergent en décembre 1904.

Insatisfait avec la vie de garnison en métropole, il arrange son transfert dans les troupes coloniales en tant que sous-officier d’artillerie. Ayant choisi l’armée par idéal, Psichari y éprouve la satisfaction d’appartenir à un corps dépositaire d’une longue tradition. Il se met également à soutenir les idées de Charles Maurras et de l’Action française. Diplômé de l’école militaire d’artillerie de Versailles, le sous-lieutenant Psichari est déployé en Mauritanie de 1909 à 1912.

Il est d’abord réticent à l’idée de servir dans une région de l’empire colonial français relativement pacifiée, mais il tombe amoureux des paysages et du peuple mauritaniens. En 1913, il publie L’Appel des armes, contre l’humanitarisme pacifiste et le déclin moral qui lui semble en être la conséquence, au profit d’un idéal de dévouement et de grandeur. En juin de la même année, Psichari retourne dans la garnison du 2e régiment d’artillerie coloniale à Cherbourg. Il s’agit de la transposition à peine masquée de son expérience et de son évolution spirituelle. Il se convertit au catholicisme, puis devient tertiaire dominicain de la Fraternité du Saint-Sacrement de Paris. Ernest Psichari participe à la Première Guerre mondiale en tant que lieutenant au 2e régiment d’artillerie coloniale.