Fabliaux et Contes du Moyen Âge: Illustré PDF

Miniature comportant une représentation de Jehan Bodel. Ce poète polygraphe, s’est illustré dans la chanson de geste et le fabliau en ancien français. Charlemagne contre les Saxons et leur chef Widukind que Bodel appelle Guiteclin. Il a également écrit le Jeu de saint Nicolas qui raconte l’histoire fabliaux et Contes du Moyen Âge: Illustré PDF la façon dont Saint Nicolas força des voleurs à restituer un trésor volé, ainsi que des fabliaux comme Brunain la vache au prêtre.


Albert Robida, né à Compiègne le 14 mai 1848 et mort à Neuilly-sur-Seine le 11 octobre 1926, est un illustrateur, caricaturiste, graveur, journaliste et romancier français.

Edition récente adaptée aux liseuses avec table des matières dynamiques, parue à l’origine en 1913 avec de magnifiques illustrations d’époque.

Les fabliaux sont de courts récits populaires du Moyen Âge, parfois en vers, le plus souvent satiriques.

Extrait : »C’est parmi ces récits injustement oubliés que je me suis efforcé de faire un choix. Vous y trouverez des légendes, des fabliaux, des aventures de chevalerie qui sont de vrais contes de fée. À côté d’eux, pèle-mêle, des chevaliers sans peur et sans reproche, des damoiselles, fleurs de vertu et de beauté, des rois débonnaires, des jongleurs, que sais-je encore ? J’espère que vous prendrez plaisir à faire connaissance avec ces personnages qui vont ressusciter pour vous, et que vous leur devrez d’agréables moments.
Ne cherchez, dans ces récits, du moins dans la plupart, ni morale, ni leçon profonde. Ce sont de simples amusettes, sans autre prétention. Seule l’histoire de Griselidis, si doucement attendrissante, s’élève au-dessus du commun niveau. Et encore ne voudrais-je pas vous conseiller, mesdemoiselles, d’être un jour des épouses aussi soumises que cette vertueuse héroïne. Il y a des bornes à tout. À vouloir trop prouver, on ne prouve rien. Et, à mon avis, les longues épreuves de la pauvre Griselidis nous portent moins à admirer sa patience qu’à détester L’inlassable cruauté de son persécuteur.
Et maintenant lisez mes histoires. Si elles vous plaisent, nous irons en chercher d’autres dans le riche répertoire du passé. »

En 1202, il contracta la lèpre et entra dans une léproserie où il finit ses jours. Dans ses Congés, le poète lépreux fait ses adieux à sa ville natale et à ses amis. Le poème n’est donc plus seulement sur la mort, mais sur sa mort. Jean Bodel,  Les Pastourelles de Jehan Bodel , édition critique et traduction d’Annette Brasseur, in Arras au Moyen Âge : histoire et littérature, édité par Jean-Pierre Martin, Marie- Madeleine Castellani, Artois Presses Université, 2004.

Pierre Ruelle, Bruxelles, Presses universitaires de Bruxelles et Presses universitaires de France, 1965. Au Moyen Âge, on utilisait la forme Saisnes pour Saxons c. La Chanson des Saisnes fut éditée par Fr. Jean Bodel, Fabliaux, édition critique de Pierre Nardin, Paris, Librairie A. Annette Brasseur, Étude linguistique et littéraire de la Chanson des Saisnes, Genève, Droz, 1990. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 30 novembre 2018 à 10:52.