Journal d’un jeune surdoué PDF

Il est fréquent chez l’enfant journal d’un jeune surdoué PDF les symptômes soient peu déterminés, surtout quand il est jeune. 3 mécanismes doivent être expliqués pour aider un enfant, même sans diagnostic : Le mécanisme des humeurs dans le cerveau, les mécanismes des émotions et les mécanismes anxieux.


Sam a 8 ans et demi. Il est surdoué, mais ne le sait pas encore. La rencontre avec un psychologue va tout changer. Il va comprendre qu’il est différent, mais sûrement pas moins bien que les autres, ni même fou ou anormal. Il nous fait partager cette découverte dans le journal intime qu’il commence à écrire, petit livre à l’usage des enfants comme des parents.

Comorbidité : Il est enfin fréquent que la cyclothymie ne soit pas seule et que l’enfant présente plusieurs pathologies en même temps. C’est ce déficit attentionnel qui entraîne l’hyperactivité de l’enfant. L’hyperactivité n’est donc que la partie visible de l’iceberg poussant à nous faire oublier que le véritable trouble est un déficit attentionnel. Il existe aussi des déficits d’attention sans hyperactivité : TDA. Ce sont bien souvent les filles qui entrent dans ce tableau là. Insistons sur l’aspect attentionnel car sans lui, il n’y aurait pas d’hyperactivité.

Autrement dit, l’hyperactivité seule n’existe pas. H n’acceptent pas la réduction du terme à simplement hyperactif . Le TDAH est un trouble neuropsychiatrique. Pas de conduites focalisées sur un but. Le TDAH fait partie des symptômes de la cyclothymie juvénile. Il semble que l’enfant typiquement TDAH est ennervant pour les autres.

L’enfant cyclothymique lui est décrit comme attachant malgré ses comportements. Enfin l’hyperactivité chez l’enfant cyclothymique est fluctuante. Quand les enfants sont petits, il est difficile de faire la différence. Présence de dépression avec l’hyperactivité, la dépression revient, ne passe pas.

Mauvaise réponse aux traitements de l’hyperactivité, ou aggravation. Fuite des idées : Si l’enfant a des idées en surnombre. Rappelons aussi que les 2 maladies n’impactent pas les mêmes zones du cerveau. La cyclothymie c’est d’abord et avant tout une dérégulation de l’humeur qui est liée à l’émotionnel. Mode de relations interpersonnelles instables et intenses caractérisées par l’alternance entre les positions extrêmes d’idéalisation excessive et de dévalorisation. Répétition de comportements, de gestes ou de menaces suicidaires ou d’automutilations. Survenue transitoire dans des situations de stress d’une idéation persécutoire ou de symptômes dissociatifs sévères.

La symptômtomologie est quasiment identique à la cyclothymie. Les maladies thyroïdiennes peuvent provoquer des réactions émotionnelles. Les patients atteints d’hyperthyroïdie éprouvent souvent une nervosité ou une irritabilité inhabituelle. Les personnes atteintes d’hypothyroïdie peuvent, de leur côté, ressentir une fatigue ou un état dépressif inhabituels. Il est important que les patients et leur famille sachent que ces réactions sont fréquentes et qu’elles disparaissent habituellement avec le traitement.

Toutefois, les maladies de la thyroïde se depistent par une prise de sang. Avant donc de poser le diagnostic de cyclothymie juvénile, il convient de faire le point sur le taux de TSH et plus si nécessaire. L’association Asperger Aide France définit d’une phrase le syndrome d’Asperger : « Vivre sans le sens social ». Ces anomalies qualitatives constituent une caractéristique envahissante du fonctionnement du sujet, en toutes situations.

Asperger fait partie de l’extrémité haute des TED. Difficultés de communication et dans les rapports sociaux. Intérêt spécifique pour une activité ou un sujet donné. Il ne faut pas confondre l’intérêt restreint de l’autisme, et la perte d’interêt lors de la phase dépressive, ou bien la focalisation sur un sujet de manière passionné. Certains symptômes sont typiques : l’enfant ne va pas vers les autres, il a des comportements répétitifs, il ne montre pas du doigt. La communication est altérée et il peut être necessaire d’expliquer les consignes avec des pictogrammes. Sur un dessin de personne, si celui-ci n’est pas en entier, alors il ne fait pas le lien avec lui-même.

Il a du mal avec l’imaginaire, les concepts. Il lui faut du très concrêt. Asperger et Cyclothymie sont 2 troubles assez proches et souvent confondus. Certains enfants diagnostiqués cyclothymiques, se revoient qualifié Asperger. Pour autant les 2 maladies peuvent coexister. Lire les témoignages de Flocie, sur notre forum, dont le fils présente les 2 pathologies. La différence majeure à notre sens, entre schizophrénie et trouble bipolaire est le rapport aux autres.

Chez les personnes bipolaires, l’autre est central dans sa vie, tandis que la personne schizophrène présente des difficultés à se représenter lui-même mais aussi les autres. Dans certaines formes appelées trouble schizo-affectif ou schizophrénie dysthymique , les épisodes dépressifs ou maniaques sont fréquemment associés à des éléments délirants. De plus entre les phases aigües le sujet ne retrouve pas un état parfaitement stable et conserve au contraire des signes évocateurs de maladie schizophrénique chronique. Le trouble schizo-affectif n’est donc pas véritablement une forme de trouble bipolaire, même s’il en partage certains symptômes. Les premiers signes des 2 maladies se ressemblent. Peut-être pourrions nous résumer la schizophrénie par la froideur des sentiments dans ce qui la différencie le plus de la bipolarité.

Problèmes de contact avec les autres, de communication. Confusion entre réalité et imagination : en pensée, mais aussi physiquement, visuellement, auditivement. Perception de soi et des autres altérée. Avoir beaucoup de difficultés à distinguer ce qui est réel de ce qui ne l’est pas. Une personne Schizo-Affective, aura des symptômes relevant de la schizophrénie mais également des troubles de l’humeur.