L’émancipation de Kant à Deleuze PDF

Jean-François Lyotard, né à Versailles, a fait ses études secondaires au lycée Louis-le-Grand à Paris, puis il a étudié la philosophie à la Sorbonne. Constantine en Algérie de 1950 à 1952 puis il est professeur dans des lycées en métropole, notamment au Prytanée national militaire de La Flèche de 1952 à 1956. Jean-L’émancipation de Kant à Deleuze PDF Lyotard enseigne à la Sorbonne entre 1959 et 1967, puis à l’université Paris X en 1967 et à l’université Paris-1-Sorbonne en 1970.


Plus que jamais, sans doute, nous avons besoin de stratégies critiques pour l’émancipation. Or, lisant la philosophie des deux derniers siècles, on découvre les attitudes les plus contrastées dans ce domaine. Kant, qui définit les Lumières comme « la sortie de l’homme de la minorité dont il est lui-même responsable », incite son lecteur à devenir adulte. Par contre, Deleuze (seul ou avec Guattari) met en avant un devenir-mineur et insiste sur un devenir-enfant qui soit un devenir-force. En même temps, cette opposition immédiate de Kant et Deleuze esquive tout ce qui a mené de l’un à l’autre. Lorsqu’on reprend le fil qui les lie, des figures inattendues surgissent : Sartre, Bataille et Foucault deviennent alors les personnages d’une histoire tissée autour de Baudelaire, par rapport auquel les trois philosophes-écrivains prennent des positions radicalement divergentes. Si on veut donc comprendre ce qui semble être le renversement du devenir-majeur kantien par le devenir-mineur deleuzien, c’est ce parcours qu’il devient nécessaire de reconstituer. À la fin, on aura reconstruit quelques stratégies émancipatrices, utiles pour nous aujourd’hui.

1972 jusqu’en 1987, où il devient professeur émérite. 1993 avec Dolorès Lyotard, la mère de son fils David né en 1986. Il est le père de Corinne Enaudeau, également philosophe, spécialiste de son œuvre ainsi que de celle de Derrida. Ce texte prend la forme d’une conversation semi-formelle entre Lyotard et Jean-Loup Thébaud, qui se place ostensiblement dans la position du disciple interrogeant le maître sur ses concepts fondamentaux. Dans la modernité, les discours qui encadraient l’action politique pouvaient aisément se justifier en proclamant avoir mis en application une idée essentielle de la justice. Une action était jugée  juste  si elle représentait adéquatement l’idée universelle de la justice. Lyotard écrit une fable postmoderne, véritable  critique du sujet .

Il a par ailleurs travaillé sur la question du négationnisme. De tous ses livres, un ouvrage semble occuper un lieu particulier dans l’œuvre : en quatrième de couverture du Différend, Lyotard en parle comme son  livre de philosophie . Cet essai se place ostensiblement dans la catégorie de la philosophie du langage. Lyotard ouvre son propos sur la question du négationnisme, prenant l’exemple de Robert Faurisson, qui nie l’existence même des chambres à gaz. Le langage n’est pas un objet statique qu’on pourrait définir a priori. Il est plutôt composé de certains jeux, dont les règles changent à mesure que leurs participants y portent des coups.