L’abbaye de Cluny PDF

Règle de saint Benoît, où figure le mot monastère. L’abbaye de Cluny PDF conditions pour élever un monastère au rang d’abbaye varient suivant la règle de chaque Ordre religieux.


Article détaillé : Quatrième concile du Latran. Le monachisme latin se distingue du monachisme oriental dès l’apparition des règles de l’Irlandais saint Colomban et de saint Benoît. Chaque abbaye, selon sa règle, est porteuse d’une architecture, d’un coutumier, et d’une filiation qui la relie à l’abbaye dont sont issus les moines qui l’ont fondée, et aux abbayes fondées par les moines qu’elle a formés. Sur ce schéma cependant, peu de variétés viennent se greffer jusqu’au IVe concile du Latran. La première question qui se pose est celle du site de la nouvelle fondation : pourquoi les moines allaient-ils se perdre si loin, dans des lieux inhospitaliers, souvent dans des conditions climatiques posant de redoutables problèmes ?

La réponse est simple : ils recherchent avant tout la solitude. Le cœur de l’abbaye est l’église. La nécessité de se défendre contre les attaques, l’économie d’espace et les besoins de circulation au sein de la communauté ont dicté peu à peu une disposition spécifique des pièces dans un monastère. De larges piliers de construction étaient érigés, avec de puissants murs extérieurs capables de résister à l’assaut de l’ennemi. Le monastère, comme la grande majorité des monastères orientaux, est entouré d’un solide mur blanc entourant une zone de 10 000 à 16 000 m2. Le côté le plus long fait près de 150 mètres. Ce plan d’un monastère copte, de Lenoir, montre une église avec trois allées, des absides disposées en cellules et deux rangées de cellules de chaque côté d’une longue galerie.