L’accès aux médicaments dans les pays en développement: De 2001 (Déclaration de Doha) à 2013 PDF

Environnement : réduction ou élimination des obstacles tarifaires et non tarifaires visant les biens et l’accès aux médicaments dans les pays en développement: De 2001 (Déclaration de Doha) à 2013 PDF environnementaux. On peut classer, en certains parties différentes les États ayant négocié au sein de l’OMC sur ces accords, et n’ayant d’ailleurs pas réussi à trouver un accord. En d’autres termes, la FAO critiquait explicitement l’absence d’intérêt de ces négociations, dites  du développement , pour les pays les moins avancés et les petits agriculteurs.


Ce livre tente de présenter les différentes facettes de la politique commerciale des Etats-Unis, de l’Union Européenne et de la Suisse, qui ont systématiquement cherché à entraver la production et l’exportation de médicaments génériques de qualité afin d’assurer des bénéfices élevés à leurs entreprises pharmaceutiques et, d’autre part, de retracer dix ans de débats infructueux à l’OMS pour faciliter l’accès à des médicaments innovants, appropriés, d’un coût abordable, aux pays à revenus faibles.

OMC : « Cette réunion est un échec », affirme Pascal Lamy, lemonde. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 27 janvier 2019 à 00:14. Slogans altermondialistes lors de la manifestation au Havre contre le sommet du G8 de 2011 à Deauville. L’altermondialisme désigne les mouvements promouvant l’idée qu’une autre organisation du monde est possible et qui, sans rejeter la mondialisation, se proposent de la réguler. Ces revendications se traduisent par une recherche d’alternatives, globales et systémiques, à l’ordre international de la finance et du commerce. Protestations contre le G20 de Toronto en 2010.

Les réunions internationales comme le G20 ou le G8 sont souvent pris pour cibles par les mouvements altermondialistes. Le terme anti-mondialisation a été le premier utilisé par les journalistes pour désigner le mouvement contestataire. L’altermondialisme se composant d’acteurs et d’organisations de différentes formes, son origine ne se rattache pas à une date bien définie. Ainsi, en 1984, naissent le Third World Network à Penang, association consacrée au développement et aux échanges Nord-Sud, et les contre-sommets, dont le premier se tient à Londres, sous le nom de Other Economic Summit. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Un contre-sommet contre le G7 a été organisé à Paris en juillet 1989. L’événement s’appelait « ça suffit comme ça » et visait principalement à annuler la dette contractée par les pays du sud.

Une manifestation a rassemblé 10 000 personnes et un concert important a eu lieu sur la place de la Bastille avec 200 000 personnes. C’était le premier événement anti-G7, quatorze ans avant celui de Washington. Perçu comme essoufflé en occident, le mouvement reconnait un forte médiatisation après la crise économique de 2008. 2010, une contestation populaire dans de nombres pays arabes a lieu, revendiquant un besoin de démocratie qui ne soit pas une simple façade et plus de liberté individuelles. Ces mouvements, bien qu’héritiers de l’altermondialisme par les thèmes qu’ils abordent, s’organisent très différemment des anciennes contestations altermondialistes qui reposaient sur les associations.