L’agriculture dans son nouveau rôle PDF

La France a l’agriculture dans son nouveau rôle PDF indiqué son intention de jouer un rôle déterminant en matière de lutte contre le changement climatique. La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte place les territoires au cœur de l’action Climat-Air-Énergie.


Cette synthèse, étayée par une vaste enquête auprès de spécialistes de la politique agraire en Suisse, éclaire une décision dont le peuple a massivement approuvé le principe: ceux qu’on appelait les paysans ont cessé de voir l’Etat garantir les prix de leurs productions. Et les voici payés pour qu’ils sauvegardent l’environnement. C’est une mutation historique de l’agriculture, décrite dans chacune de ses étapes et dans l’évolution des objectifs. Les exploitations sont appelées à faire face aux nouvelles technologies et aux exigences des marchés et traités internationaux. Elles sont sommées de répondre aux aspirations d’une population attachée à des paysages que l’urbanisation par ailleurs envahit. La politique agricole conduit ainsi aux problèmes brûlants qui émergent, la gestion de l’espace et des biotopes, les sources d’énergie, la santé publique et finalement, à l’échelle planétaire, la fondamentale nécessité, soudain redécouverte, de nourrir les hommes.

Dans ce modèle de gouvernance de plus en plus décentralisé, les collectivités territoriales ont la responsabilité d’opérer des investissements structurants sur le plan énergétique. Depuis plus de 20 ans, IFP Energies nouvelles organise le colloque Panorama, qui réunit les professionnels des domaines de l’énergie, du transport et de l’environnement. Tous les ans, un grand thème d’actualité pour le monde de l’énergie fait l’objet d’interventions et de débats entre acteurs concernés. Président d’IFPEN propose également un bilan et une projection technico-économique du contexte énergétique mondial.

Retrouvez ici l’intégralité du colloque en vidéo. Comment dynamiser le financement des initiatives territoriales ? Industrie de 1983 à 1987, puis a été détaché auprès de Total jusqu’en 1990. Jean Lemaistre a exercé diverses responsabilités à EDF, Gaz de France et au sein du groupe ENGIE dans les domaines du transport, de la production puis de la distribution d’électricité et de gaz.

Il travaille notamment sur la place du gaz dans le mix énergétique, les nouvelles complémentarités entre le gaz et les ENR et l’évolution des réseaux de distribution dans le cadre de la transition énergétique. Il supervise les domaine financiers, le développement, les relations avec les régulateurs et le projet de compteur communiquant GAZPAR. François Moisan est Directeur exécutif de la stratégie et de la recherche, directeur scientifique de l’ADEME, Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie depuis 2004. Marie-Christine Zélem est professeur à l’Université de Toulouse Jean Jaurès. Elle enseigne l’anthropologie des techniques et du développement, la sociologie de l’environnement et des risques, la sociologie de l’énergie et la sociologie des controverses.

Des notes de synthèse rédigées par les experts d’IFPEN apportent un éclairage sur les principales problématiques scientifiques, technologiques, économiques et industrielles des secteurs de l’énergie, des transports et de l’environnement. Ces seuils évoluent en fonction des perspectives concernant la demande et le contexte géopolitique. Les fondamentaux du marché gazier mondial ont suivi une évolution positive en 2017, en particulier en Chine où la croissance de l’offre et de la demande gazières ont dépassé les prévisions. De nombreux facteurs, qu’ils soient d’ordre économique, réglementaire ou environnemental, sont propices à l’expansion de la demande gazière. Cependant, l’industrie souffre toujours d’un manque d’investissements, ce qui pourrait contraindre le développement du marché dans les années 2020.

Les grandes découvertes se font plus rares que dans le passé. De nouvelles provinces continuent cependant de voir le jour. BIOGAZ EN EUROPE : QUELLES PERSPECTIVES ? Le biogaz, produit à partir de toutes sortes de matières organiques, est utilisé pour la production d’électricité ou de chaleur. Le biométhane, c’est-à-dire le biogaz épuré de sa composante CO2 en particulier, peut être injecté dans le réseau de gaz naturel ou valorisé comme biocarburant dans le transport. QUELLES SOLUTIONS BAS CARBONE POUR LE TRANSPORT ? SYSTEME DE TRANSPORT INTELLIGENT ET MOBILITE 3.

Quelle est la consommation de biocarburants dans le transport routier ? Comment se répartit cette consommation dans le monde et comment évolue-t-elle ? Biodiesel, quelle est leur part respective ? Où en sont les recherches sur les biocarburants avancés et en particulier les voies lignocellulosiques ? L’arrivée du numérique et des technologies associées1 a bouleversé de nombreux secteurs au cours de la dernière décennie. En les investissant un à un, les grands acteurs du web et du numérique — GAFA en tête — ont provoqué une prise de conscience chez les acteurs historiques quant aux potentiels de développement liés à la transformation numérique des activités ainsi que sur les risques de voir leurs cœurs de métiers menacés. Ce dynamisme économique s’accompagne, depuis 2014, d’une volonté de transformation majeure de sa politique industrielle avec la mise en place du Make in India.

Les émissions d’oxydes de soufre dues au trafic maritime sont en constante augmentation, contrairement à celles générées par l’ensemble des sources terrestres qui font, elles, l’objet de nombreuses réglementations tant sur les combustibles que sur les plafonds d’émission des équipements qui en consomment. L’Accord de Paris signé à la COP21 est entré en vigueur en novembre 2016. Il revient aujourd’hui aux gouvernements et aux juridictions locales de mettre en place un cadre économique et réglementaire incitant les réductions de gaz à effet de serre. BIOMÉTHANE EN FRANCE : QUELS IMPACTS ? Le développement du biométhane, en substitution au gaz naturel, est envisagé en France afin, en particulier, de réduire les émissions de CO2 et de limiter la dépendance énergétique tout en créant des emplois. L’analyse proposée permet de quantifier les impacts positifs sur les émissions de CO2 et sur les importations de gaz naturel. QUELLE CRITICITÉ DU LITHIUM DANS UN CONTEXTE D’ÉLECTRIFICATION DU PARC AUTOMOBILE MONDIAL ?

Le rôle de la technologie est souvent mis en avant dans les dynamiques de transition énergétique, mais de nombreuses incertitudes subsistent quant à la diffusion massive des innovations bas carbone. Le coût, la vitesse d’adoption et l’acceptation des technologies sont des paramètres fondamentaux pour les trajectoires de décarbonation, tout comme le sont leurs impacts sur les ressources. LE DÉVELOPPEMENT DES ÉNERGIES RENOUVELABLES VA-T-IL PERMETTRE LE DÉCOLLAGE ÉCONOMIQUE DE L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE ? L’Afrique subsaharienne possède de nombreux atouts pour envisager une dynamique de développement économique durable. Afrique subsaharienne est dotée d’importantes ressources en matières premières énergétiques et minérales et sa population devrait doubler d’ici 2050.