L’Etendard et la Rose PDF

Le rapport entre la hauteur et la largeur du drapeau est de 2:3, et le diamètre du disque est trois cinquièmes de la hauteur du drapeau. Le drapeau Nisshōki est le drapeau national depuis la L’Etendard et la Rose PDF relative aux drapeau et hymne nationaux, promulguée et effective depuis le 13 août 1999. Bien qu’il n’y ait pas de législation antérieure le désignant comme drapeau national, il est déjà considéré comme le drapeau national de facto du Japon. Le motif du Hinomaru est parfois présent sur les drapeaux de certains daimyōs et samouraïs.


Après guerre, la trajectoire d’un jeune orphelin meurtri, obsédé par le secret de ses origines –  » fils de Boche ou d’Amerlock  » ?
De ses blessures d’enfance, Louis Delhuis parvient à guérir et à se forger un destin, un vrai. Des rencontres décisives (le docteur Schweitzer, l’écrivain Henri Vincenot…), des figures maternelles et fortes (l’arrière-grand-mère Rose-Victoire, la vieille paysanne Angèle…), des amours cosmopolites mais aussi des expériences marquantes, des engagements, un désir d’écriture concrétisé et une ultime confrontation avec l’oncle haï vont conduire Louis vers les chemins de la résilience et de la paix.
En filigrane, Gilles Laporte capte toutes les tensions et les exaltations d’une époque foisonnante.

Pendant la Restauration de Meiji, le disque solaire et l’emblème du soleil levant de la Marine impériale japonaise deviennent tous deux des symboles majeurs d’un Empire japonais en développement. Ces dernières décennies, l’opinion du public sur le drapeau national est partagée. L’utilisation du drapeau et de l’hymne national Kimi ga yo est même parfois l’objet d’un conflit dans les écoles publiques du Japon. Des contentieux sur leur usage ont engendré manifestations et poursuites judiciaires. Esquisse d’un bateau japonais du XVIe siècle. Le drapeau flotte sur des mats à la poupe. Nichiren est supposé avoir offert un disque solaire à l’Empereur du Japon, considéré comme le descendant d’Amaterasu la déesse du soleil.

Esquisse représentant une vingtaine de navires de guerre entourant le vaisseau-mère au XVIe siècle. La flotte de Kuki Yoshitaka en 1594. Esquisse représentant un navire de guerre du XIXe siècle de profil. Le navire de guerre Asahi Maru du Shogunat Tokugawa en 1856.

Une légende associe le drapeau national au moine bouddhiste Nichiren. Un des plus vieux drapeaux du Japon repose au temple Unpo-ji dans la Préfecture de Yamanashi. Les drapeaux appartiennent alors à chaque Daimyō et on les porte principalement durant les batailles. Bien que l’idée de symboles nationaux apparaisse étrange aux Japonais, le Gouvernement Meiji en a besoin pour communiquer avec le monde extérieur. Une famille se rassemble autour d’un garçon en uniforme, entourée de bannières et drapeaux. Photo des années 1930 d’un enrôlement militaire.

Le Hinomaru flotte dans la maison et est tenu par plusieurs enfants. Poster de propagande promouvant l’harmonie entre Japonais, Chinois, et Mandchous. Si le Japon, la Chine et le Mandchoukouo coopèrent, le monde sera en paix . Les victoires rapides du Japon dans la Guerre sino-japonaise redonnent à nouveau au Hinomaru sa popularité pendant les célébrations. Sur les manuels de cette période, on retrouve aussi le Hinomaru imprimé aux côtés de différents slogans exprimant la dévotion à l’Empereur et au pays. Le patriotisme y est enseigné comme étant vertueux aux enfants japonais. Des hommes en habit militaire regardent un drapeau qui est en train d’être baissé.