La bande du conservatoire PDF

Cet article est une ébauche concernant le droit et l’écologie scientifique. De telles mesures sont aussi évoquées pour la compensation d’impacts socio-économiques ou sanitaires. Elles doivent donc s’appuyer sur un état des lieux réalisé antérieurement aux la bande du conservatoire PDF en question, ou à défaut faire référence à un état de l’environnement jugé fonctionnellement  normal .


Années 1950. Au lendemain de la guerre, une jeunesse avide de liberté et de nouveauté prend d’assaut le Conservatoire national d’art dramatique, la plus prestigieuse des écoles de comédiens. Ces jeunes loups débordants d’énergie et d’humour ont pour nom Belmondo, Marielle, Rochefort, Rich, Crémer, Vernier, Beaune. Ils vont former une bande et, avec un sens aigu de la déconnade et de la décontraction, vont malmener une structure trop scolaire pour leur soif de liberté. Entre deux frasques et des dizaines de blagues, les apprentis comédiens vont ainsi apprendre leur métier dans la joie, mais aussi, parfois, dans la douleur. En chemin, ils vont croiser des personnalités telles que Annie Girardot, Françoise Fabian, Sophie Daumier, Claude Brasseur, Michel Galabru… Ensemble, ils vont découvrir les étranges coulisses de la Comédie-Française, vivre les remous du Conservatoire, subir la dure loi des concours de fin d’année, admirer Louis Jouvet, Pierre Brasseur, Michel Simon…

Jamais aucun livre n’avait raconté les vrais débuts de ces acteurs, la naissance de leur amitié, les premières manifestations de leur talent. Fourmillant d’anecdotes inédites, La Bande du conservatoire repose sur de nombreux témoignages recueillis par l’auteur. Il constitue une véritable immersion dans cette école telle qu’elle était dans les années 1950, où de jeunes frondeurs s’opposaient à quelques vieilles barbes qui leur semblaient appartenir à un monde révolu. Les amis, les amours, les rires et les larmes ; c’est la fabuleuse histoire du Conservatoire qui nous est ainsi contée.

Historien de cinéma, Philippe Durant est l’auteur de biographies consacrées à Jean-Paul Belmondo, Lino Ventura, Michel Audiard, etc. Il a publié chez Sonatine La Bande à Gabin (2011) et Les Éléphants (2012).

Le principe des mesures conservatoires n’est que peu discuté. Mais des débats persistent leur étendue minimale, et sur l’honnêteté ou la pérennité des engagements des maîtres d’œuvre et d’ouvrage. On leur reproche de rarement apporter les moyens humains et financiers ou le cadre juridique nécessaire à une conservation pérenne du patrimoine désigné par la mesure conservatoire. Quand il est suspecté ou démontré que des mesures conservatoires ne fonctionnent pas, non pour des raisons externes, mais par défaut de conception de l’étude ou sous-évaluation des impacts indirects ou des besoins de compensation fonctionnelle, quel dispositif d’évaluation a posteriori ? Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 26 février 2016 à 14:26.

Le CNSAD, dit  Le Conservatoire , faisait d’abord partie du Conservatoire de musique et de déclamation, anciennement École royale de chant et de déclamation fondée en 1784. C’est le décret du 3 mars 1806 qui met en place un enseignement indépendant pour l’art dramatique. En 1943, il fait l’objet d’une décoration murale de trois panneaux peints par Maurice Brianchon et son épouse Margueritte Louppe. En 1946, le Conservatoire est divisé en deux, musique d’une part et art dramatique de l’autre. Le CNSAD a ainsi formé depuis une cinquantaine d’années nombre des éminents comédiens qui ont fait la réputation du théâtre et du cinéma français. Il y a environ 1300 candidats chaque année pour 30 places, ce qui fait de cette institution l’une des écoles les plus sélectives pour la formation de comédiens. Le conseil d’administration est l’instance de gestion administrative de l’école.

Le mandat de la présidente, Hortense Archambault, a été renouvelé par décret du 22 août 2018. Le théâtre du Conservatoire accueille aujourd’hui les ateliers d’élèves dans la  vieille  salle du Conservatoire qui, du fait de sa restauration ne peut plus accueillir de concerts. Premier tour : Le jury choisit d’auditionner une à trois des quatre propositions du candidat. L’audition des candidats n’excède pas 10 minutes. Les jurys sont composés de cinq membres, professeurs du Conservatoire et professionnels du théâtre et des autres arts du spectacle proposés par la directrice du Conservatoire et agréés par le ministre chargé de la culture. Les candidats doivent présenter deux des quatre scènes qu’ils ont préparées, une scène par séance.

Seule une peut être un monologue. Le jury unique du deuxième comprend 10 membres au minimum. Les candidats déclarés admissibles à l’issue du deuxième tour sont convoqués par voie d’affichage et par courriel à l’épreuve du troisième tour pour laquelle ils doivent présenter une scène de leur choix parmi les quatre scènes qu’ils ont préparées ou une scène nouvelle de leur choix. Cette scène ne peut être la même que celle du deuxième tour. Le CNSAD dispense un enseignement spécialisé de l’art dramatique. Cet enseignement comprend les connaissances théoriques et la maîtrise pratique nécessaires à l’exercice du métier de comédien. La durée des études est de trois ans.

Une formation à la mise en scène a été ouverte en 2001 : l’Unité nomade de formation à la mise en scène. Alliant tradition et modernité, il combine deux types d’enseignement : la classe et l’atelier. La formation y est essentiellement individuelle. Les ateliers d’interprétation initient les élèves à différentes pratiques du jeu. La formation y est avant tout collective. La 1re année est consacrée à l’acquisition et au renforcement des fondamentaux du métier de l’acteur. Chaque élève en fera pas à pas la combinaison pour construire la personne qu’il est et l’acteur qu’il devient.

La 2e année se poursuit dans l’esprit de la précédente. Se combinent aux cours hebdomadaires des master classes consacrées à un objet ou une recherche précise qui laissent la place à de nouvelles rencontres. La 3e année est consacrée essentiellement à des ateliers de création artistique. Il s’agit de travaux dirigés par des artistes invités et qui sont réalisés dans les conditions d’une production professionnelle. Certains de ces ateliers se déroulent  hors les murs , notamment hors de Paris, en partenariat avec un théâtre de région. Ces ateliers permettent aux élèves de s’engager dans des aventures artistiques fortes et d’aller à la rencontre, au cours de l’année, d’univers singuliers et nouveaux.