La cathédrale Saint-Mammès de Langres : Histoire – Architecture – Décor PDF

La cathédrale Saint-Louis de La Rochelle est une cathédrale catholique romaine, située à La Rochelle en Charente-Maritime. Notre-Dame-la cathédrale Saint-Mammès de Langres : Histoire – Architecture – Décor PDF-Cougnes ne suffisait plus à la population.


Une seconde église fut bâtie par les moines de l’Île-d’Aix. En 1429, Charles VII accepta le titre de fondateur du Chapitre. Dans les premiers temps de la réforme, aux périodes de plus grandes tolérances, les ministres des deux cultes s’entendirent pour célébrer leurs offices dans les églises de la ville. Le 10 février 1568, les habitants craignant de subir un siège, mettent la ville en état de défense. Le clocher est conservé à des fins militaires, pour servir de tour d’observation, voir de plateforme pour canon. Les conflits avec la commune et les protestants empêchèrent l’édification d’une nouvelle église.

Il ne restait en 1599 que le clocher et un pan de mur au chevet de l’édifice. Quelques paroissiens zélés ayant entrepris de la faire rebâtir vers le début du siècle, Louis Berne, maire en 1603, fait détruire pendant la nuit l’ouvrage qui avait été accompli durant le jour. Avec la victoire de 1628, Louis XIII déposséda les protestants du Grand Temple. Le Roi émit le vœu de faire de la ville vaincue un siège épiscopal dont le Grand-Temple devait devenir la cathédrale. En août 1668, on entreprend la construction d’une nouvelle église à l’emplacement de l’ancienne église détruite durant les guerres de religion, qui est terminée 10 ans plus tard. Le 20 juin 1678, on célèbre la première messe dans l’église rebâtie. Contrairement à l’église primitive, le chevet était placé vers le nord et son entrée principale dans la rue Auffrédy.

En 1687, l’édifice dut abriter le chapitre de la cathédrale à la suite de l’incendie de la cathédrale Saint-Barthélemy-du-Grand-Temple. Cette cohabitation était une grande source de conflit qui ne prit fin qu’à la démolition de l’édifice sous la Révolution. La chapitre de la cathédrale quitte l’église pour s’installer dans la nouvelle cathédrale en 1784. En 1793, la ville fit de Saint-Barthélemy un marché aux grains et farines. Elle faillit devenir salle de spectacle, mais finalement, en 1797, elle est vendue et démolie.

Les responsables municipaux estimèrent que deux lieux de cultes juxtaposés étaient un luxe inutile. L’emplacement fut occupé par des maisons et par des bains publics. Le terrain fut récupéré, en 1855, pour l’achèvement du chevet de la cathédrale actuelle, que la présence de l’église Saint-Barthélemy, contre laquelle elle venait buter, n’avait pas permis d’achever avant la Révolution. Le maire prête serment après son élection dans l’église Saint-Barthélemy. Cette élection se déroula jusqu’à la destruction de l’église en 1568. Mairie par Louis XIII en 1628, à la suite de la prise de la ville. In supereminenti militantis ecclesiae solio portant la suppression de l’ancien évêché de Maillezais et sa translation en la ville de La Rochelle.

La première cathédrale fut l’église Saint-Barthélémy-du-Grand-Temple. Château, actuelle place de Verdun, entre 1600 et 1603. Les plans de la construction furent attribués à Philibert Delorme, l’architecte des Tuileries. Au mois de septembre 1603, le Temple était achevé. Le dimanche 7 septembre, le premier prêche fut prononcé par le pasteur Dumont au milieu de 3500 personnes. Grand Temple au profit du culte catholique. Le Grand Temple de La Rochelle formait un octogone allongé ayant près de 20 toises de long et 15 de large, avec une toiture plus grande que le corps de l’édifice et recouverte de plomb.

Au milieu du côté sud et plaqué contre la muraille, s’élevait un clocher, de forme octogonale, se terminant en dôme et surmonté d’un petit campanile à jour, où devait se trouver une cloche. Le chapitre trouva refuge dans la nouvelle église paroissiale Saint-Barthélemy reconstruite au frais de la paroisse entre 1668 et 1678. Elle montre également la façade telle qu’elle aurait dû être. Après la destruction du grand temple et l’impossibilité de transformer l’église Saint-Barthélémy en cathédrale, des projets furent étudiés pour ériger un nouvel édifice, mais des considérations budgétaires et la priorité donnée à la fin du XVII à l’émergence d’une nouvelle enceinte pour la ville ne permirent pas le lancement du chantier. Trente années s’écoulent avant qu’un nouvel évêque, Mgr Roch de Menou, ne relance le projet. Les fonds mis en réserve depuis dix ans ne permirent de financer que l’acquisition de l’emprise du futur édifice.