La chirurgie prothétique du genou PDF

A partir de quel âge n’opérez-vous plus les patients arthrosique ? En d’autres termes, la question posée est : jusqu’à quel âge est-la chirurgie prothétique du genou PDF possible, raisonnable, économique, voire éthique d’opérer ?


Il est vrai que les possibilités sont grandes grâce aux progrès de l’anesthésie et de la cardiologie comme en témoigne la possibilité d’opérer en traumatologie des patients centenaires. Pour autant et pour tout patient, quel que soit son âge, la balance bénéfices risques  doit être posée en interrogeant le patient, sa famille, le médecin traitant, le médecin anesthésiste, le cardiologue et tous les autres intervenants médicaux. Il n’y a pas de frontière exacte mais lorsque l’intervention est cotée à risque élevé par un des intervenants médicaux doit à priori être exclue. Cependant, il n’est pas rare que des patients très âgés, conscients du risque opératoire, demandent tout de même à être opérés, considérant que leur handicap fonctionnel provoqué par une arthrose importante rend leur situation non tolérable et il est nécessaire de devoir justifier une abstention chirurgicale plutôt qu’une intervention. Tout dépend de l’état fonctionnel préalable du patient.

S’agissant de personnes autonomes, vivant à domicile ou chez leurs enfants sans aide paramédicale importante, l’indication opératoire peut se justifier, au contraire du patient déjà grabataire, dépendant ou vivant en institution sans espoir de progrès. Dans ce dernier cas, les traitements antalgiques sont suffisants. Mais il n’est pas rare de rencontrer des patients de plus de 90 ans, autonomes et désirant le rester. Le contrat de soins entre un patient et son médecin comporte pour ce dernier l’obligation de prodiguer des soins attentifs, honnêtes et proportionnés. L’indication opératoire forcée comme le refus d’opérer sont tout autant blâmables même si après 90 ans, voire même 85, réfuter une indication opératoire est loin d’être choquant. Poser le diagnostic est le plus souvent aisé tant devant une altération fonctionnelle évidente évaluable par des scores adaptés que grâce aux examens radiologiques qui permettent d’affirmer l’usure osseuse. Son avis est décisif mais souvent orienté vers la récupération fonctionnelle.