La Cité de Dieu : Livre XIV, 10-26 PDF

Ce texte est fondamental pour le judaïsme et le christianisme. Récit des origines, il commence par la création du monde, œuvre de La Cité de Dieu : Livre XIV, 10-26 PDF, suivie d’une narration relatant la création du premier couple humain. Adam et Ève, qui forment ce premier couple, désobéissent et sont exclus du jardin d’Éden.


« Dieu les créa, mâle et femelle. Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez-vous et remplissez la terre » (Genèse, 1, 27-28). Faut-il interpréter cet impératif de fécondité au sens figuré, en réservant la sexualité humaine à la sanction du péché originel ? Ou bien peut-on imaginer qu’Adam et Eve, avant la chute, avaient déjà une sexualité tout aussi charnelle que la nôtre ? Dans le livre XIV de La Cité de Dieu, Augustin défend une lecture littérale du texte sacré contre les partisans d’une pudique conception spirituelle du premier couple humain. A partir d’une question d’exégèse scripturaire, ce livre prend ses distances avec le naturalisme ancien pour proposer une première « histoire de la sexualité ».

La Genèse est anonyme, tout comme les autres livres de la Torah. Les traditions juives et chrétiennes l’attribuent à Moïse, mais les recherches exégétiques, archéologiques et historiques tendent, au vu des nombreux anachronismes, redondances et variations du texte, à remettre en cause l’unicité de son auteur. Pour cette raison, entre autres, l’historicité de son contenu est aussi mise en question. La Genèse est reprise par la suite, avec des variantes, tant dans les apocryphes bibliques que chez Flavius Josèphe. Puis elle est largement commentée par les rabbins et par les théologiens chrétiens. De nos jours, certains fondamentalistes, surtout protestants, défendent l’idée que le créationnisme, théorie qui s’appuie sur une lecture littérale de la Genèse, est historiquement et scientifiquement valable. Cependant, cette position est rejetée par l’ensemble des scientifiques.

Le nom du livre vient de son thème d’ouverture : le  commencement , l’ origine . Cette notion se traduit en grec, au nominatif, par Γένεσις, genesis. Livre « au commencement » , en reprenant le premier mot du premier verset : Bereshit, בראשית,  Au Commencement . Article détaillé : Résumé de la Genèse. Gravure représentant de la lumière émergeant derrière les nuages.

Création de la Lumière, gravure de Gustave Doré. Gn 2,4b, le récit offre un autre regard sur la création des êtres vivants, notamment de l’homme, puis de la femme. Un groupe de personnages nus, homme, femme et enfants visiblement affolés, se pressent ensemble alors qu’autour d’eux l’eau a tout envahi. Une scène du Déluge, par Gabriel Ferrier, 1872. Les descendants de Caïn se montrent eux aussi particulièrement violents.

Hénoch à Noé, qui tente de contrebalancer cette violence. Dieu provoque le Déluge, auquel seuls la famille de Noé et les animaux survivent. Noé plante une vigne, puis s’enivre de son vin et se dénude. Son fils Cham le voit nu et au lieu de le couvrir, court prévenir ses frères.