La fascination du corail PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. L’émeraude est un minéral, du groupe des silicates, sous-groupe des la fascination du corail PDF, variété de béryl, dont la couleur verte provient de traces de chrome, de vanadium et parfois de fer. Le mot émeraude proviendrait du latin smaragdus, déformation du mot perse zamarat qui veut dire  cœur de pierre .


Noir, blanc, gris, bleu, rose et surtout rouge, le corail a
toujours exercé une attirance allant jusqu’à l’idolâtrie. La légende veut qu’il naisse de la pétrification, au contact de la mer, du sang jailli de la tête de Méduse tranchée par Persée. La légende le donnait pour un minéral, mais c’est un animal qui meurt au contact de l’air et dont il ne reste
alors que le squelette calcaire externe, le corail. La légende fixe la demeure des Gorgones sous la mer dans des antres maléfiques ; le corail vit fixé dans des grottes sous marines ou sur des tombants profonds. La légende tient pour perdu celui qui approche les Gorgones, la mort sans phrases tutoie encore ceux qui plongent dans les abysses. La légende enfante une réalité romanesque étourdissante ; les puissances maritimes convoitent cette richesse inouïe, à la fois monnaie d’échange au même titre que l’or. Pierre aux pouvoirs magiques elle a la vertu clé
beauté. Les caravanes de Marco Polo explorent les
routes du corail. Vénitiens, Génois, Marseillais, Corses et Barbaresques se disputent les  » bancs  » dont les pêcheurs gardent jalousement le secret. Les artisans joailliers de Torre del Greco lui donnent depuis des siècles ses lettres de noblesse. L’auteur, Charles Paolini, a pour passion la Méditerranée. Sous sa plume et sous son objectif, le corail éclate ici en feux d’artifice colorés. Depuis ses origines mythologiques jusqu’à son exploitation robotisée, à travers l’histoire des civilisations, des anecdotes inédites, des aventures captivantes et le souffle d’une légende
épique, l’écrivain cinéaste nous en révèle dans son livre
lumineux et fascinant toute la splendeur magique.