La figure de «l’habitant»: Sociologie politique de la «demande sociale» PDF

En raison de l’accès limité au réseau Internet, le projet avance lentement. 1980, toutefois, la figure de «l’habitant»: Sociologie politique de la «demande sociale» PDF communauté bénéficie d’un accès régulier à Internet, et le rythme de croissance des publications s’accélère.


Répondre à la demande des habitants. Cette préoccupation est fréquemment affichée par des élus locaux soucieux de justifier et légitimer leurs interventions publiques. Les sondages d’opinion, les questionnaires, les comités de quartier, etc., sont autant de mises en scène d’une posture où les compétiteurs politiques présentent les « attentes » des habitants comme inspirant toute initiative politique. Comment la référence à la demande de l’habitant devient-elle un registre incontournable de « l’action publique locale » ? Quelles sont les conditions d’identification, de mesure et de construction de cette « demande » ? Et au final, comment sont produits les dispositifs et les discours présentés comme constituant « l’action publique locale » ? Les auteurs réunis dans cet ouvrage montrent que la rhétorique de la « demande » procède du jeu électoral, dans lequel elle peut constituer une ressource pour des entreprises politiques concurrentielles, un outil de fidélisation électorale, ou encore contribuer à l’entretien d’une marque partisane. Il n’y a de « demande » et « d’action publique » présumée en découler que dans « l’offre » politique qui résulte du jeu d’interdépendances entre des partenaires-rivaux (aspirants aux mandats électifs, journalistes, responsables associatifs, syndicalistes, fonctionnaires, experts, etc.). Loin d’être le résultat du constat de « besoins » objectifs et de « solutions » adaptées, les dispositifs et les discours présentés comme « réponse » à la « demande » des habitants découlent en pratique du travail de mobilisation électorale, contraint par l’état des rapports de force entre des acteurs politiques en interdépendance.

Parallèlement, en 1978, le Conseil des Arts du Canada créé Canadiana, un organisme sans but lucratif visant la préservation du patrimoine canadien et à sa mise en ligne. En 1993, John Mark Ockerbloom crée Online Books Page. Contrairement au projet Gutenberg, ce projet cherche à répertorier et réunir différents textes numériques anglophones déjà publiés, au sein d’un point d’accès unique. En 1995, Jeff Bezos crée Amazon. La presse, dans son sens large, commence alors à se mettre en ligne.

De son côté, Brewster Khale fonde Internet Archive. En 1997, la Bibliothèque nationale de France crée Gallica. En 2000, le logiciel de lecture Mobipocket est créé. Le Gemstar ebook devient alors la première tablette de lecture numérique officielle. En 2001, Adobe Flash Player lance son premier logiciel gratuit qui permet la lecture de fichiers numériques. L’année 2001 marque enfin la création du premier smartphone. En 2004, la compagnie Sony produit sa propre tablette.