La guerre comique: Molière et la querelle de L’école des femmes PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Le 16 janvier, elle est jouée aux Tuileries devant Louis XIV. Qualifiée de classique et adaptée de l’Amphitryon de Plaute, elle met en scène un Jupiter qui se la guerre comique: Molière et la querelle de L’école des femmes PDF pour séduire Alcmène, tandis que Mercure se déguise en Sosie pour protéger les amours de son père, cette pièce explore le thème de l’illusion.


Voici quelque 350 ans, en 1663, une «guerre comique» opposa Molière aux détracteurs de son École des femmes, créée en décembre 1662. Il mena ce combat à travers deux comédies, La Critique de l’École des femmes et L’Impromptu de Versailles, auxquelles répondirent une dizaine de pièces presque toutes dues à ses adversaires (à l’exception d’un partisan tardif). L’originalité de cette «querelle de L’École des femmes», c’est qu’elle se choisit le théâtre pour scène et la scène pour théâtre. Partant de cette intuition, on a tenté de modéliser cette polémique comme une vaste comédie à diverses voix, en l’éclairant à travers plusieurs grilles herméneutiques : celle de la prophétie auto-réalisatrice, pour éclairer l’ambiguïté de l’entrée en querelle ; celle de la prouesse, que Molière voulut opposer aux chicaneries de ses adversaires ; celle de l’écriture spéculaire et de la composition «ironique», qui réalisent l’oeuvre dans la représentation de son échec ou le démontage de son artifice ; celle de la réécriture hypertextuelle, qui a transformé le conflit de textes en une ondulation polyphonique d’arguments et de thèmes empilés et partagés, etc. C’est un enchevêtrement de mobiles, de formes et de fins dont on cherche à démêler l’écheveau pour mieux comprendre le miracle esthétique que constituent la délicieuse Critique de l’École des femmes et le miroitant Impromptu de Versailles.

Amphitryon est l’Amphitryon où l’on dîne . Il se plaint de devoir marcher seul la nuit. Il répète ce qu’il va raconter à Alcmène à propos du combat. Il lui prouve qu’il n’est pas Sosie. Mercure ne se prive pas pour rouer Sosie de coups. Celle-ci pense avoir passé la nuit avec Amphitryon.

Jupiter, dans ses adieux, lui demande de penser plus à l’amant qu’à l’époux. Acte II : Sosie tente vainement d’expliquer à Amphitryon ce qui lui est arrivé. Ce dernier ne le croit pas. Il le croit fou, ivre ou fatigué. Il apprend par elle qu’ils ont passé la nuit ensemble. Le malentendu prend des proportions importantes.

Amphitryon part chercher le frère d’Alcmène. Ils parlent de ce qu’il a soi-disant fait le soir précédent. Il cherche des excuses, ce qui énerve Cléanthis. Acte III : Amphitryon ne retrouve pas son beau-frère !

Il se pose des questions sur cette histoire. Mercure l’empêche d’entrer et lui dit que le vrai Amphitryon est déjà dedans. Amphitryon veut punir Sosie mais celui-ci ne sait pas pourquoi. Cette fois, la ressemblance le frappe. Jupiter, le roi des dieux, est tombé amoureux d’Alcmène, la jeune épouse d’Amphitryon qui est parti à la guerre. Alcmène, qui n’y voit que du feu.