La pagode de la longévité PDF

Boîte laquée avec motif d’enfants, approx. Asian Art Museum in San Francisco, California. La laque est une résine issue de la sève, en général très toxique, de divers arbustes de la pagode de la longévité PDF famille des Anacardiaceae.


Les réalisations entièrement en laque ont été, dans les temps les plus anciens, dès le néolithique en Chine, utilisées comme objets utilitaires de grand luxe. Ces objets nous sont parvenus en tant que dépôts funéraires, cette matière présentant d’exceptionnelles qualités de conservation. D’autres procédés, comme l’incrustation de nacre dans la laque en Asie du Sud-est et dans l’Extrême-Orient, en général, et les assemblages de feutre dans l’art des steppes sont des procédés tout autant similaires et témoignant de très fortes relations culturelles interrégionales. La piété filiale de Shuen et le dévouement de ses épouses. Le Musée de la laque à Münster, Allemagne. La laque prend ses racines en Chine il y a plus de 3 000 ans, et sa technique s’est développée ensuite dans toute l’Asie du Sud-Est. Appliquée sur le bois elle le protège en l’imperméabilisant.

On s’en servait aussi comme colle, par exemple pour faire adhérer des inscriptions en or sur des armes de bronze, dès la plus haute Antiquité chinoise. On produisit ainsi des objets de vaisselle, dont certains exemplaires ayant servi de dépôts funéraires se sont parfaitement conservés. La laque pouvait s’appliquer sur de fines feuilles de bois, comparables à nos feuilles de contreplaqué, que les artisans courbaient par la chaleur et en utilisant des moules. Les dépôts funéraires dans les tombes de Mawangdui ont montré la parfaite maîtrise des artisans de cette époque et l’extrême vogue de cette technique deux siècles avant notre ère. De nombreux laques, relevant des techniques les plus diverses et les plus complexes ont été conservés au Japon depuis cette époque faisant du Japon le conservatoire de techniques oubliées, alors, en Chine. Et les artisans y déploient toute leur créativité pour en enrichir le répertoire jusqu’à aujourd’hui. Les trousseaux pour les filles des shogun et des seigneurs sont alors constitués en laque.

Pendant la Première Guerre mondiale, la laque fut employée pour renforcer la résistance des hélices d’avion. On voit apparaître des laques nitrocellulosiques, glycérophtaliques ou polyuréthanes. Frédéric Halbreich, peintre laqueur depuis 1996. On prélève la résine, un peu comme on le fait avec le latex sur les hévéas, par des entailles à la base du tronc sur lequel sont fixés de petits bols en bambou.

Melanorrhoea usitata en Thaïlande et en Birmanie, appelé localement  Thit-si . Mélange de laque, d’eau et de térébenthine, prêt à enduire. Artisans d’Angkor : une femme travaille à un vase laqué de tradition khmer. Cercueil du marquis Yi de Zeng, laque peint de couleurs vives. Dynastie Zhou, époque des  Royaumes Combattants , 433 av. Tous les côtés sauf le dessous sont décorés de 72 dragons et d’oiseaux mythiques stylisés. Ce cercueil était placé au cœur de deux autres cercueils emboités, tous laqués.