La Passion : Photographies du film « La Passion du Christ » PDF

Christian Bouche-Villeneuve, dit Chris Marker ou parfois Chris. Pour le public, son œuvre renvoie à ses films majeurs : La Jetée, Sans soleil, Le Joli Mai, Le fond de l’la Passion : Photographies du film « La Passion du Christ » PDF est rouge ou encore Chats perchés. Cependant son œuvre d’ensemble ne se limite pas aux films qu’il a signés.


Retrouvez toute l’intensité du film de Mel Gibson à travers ces photos qui retracent le scénario.

Au centre de sa réflexion figurent la mémoire, le souvenir, la nostalgie du temps passé réinventé mais à jamais disparu. Il commence sa licence de philosophie lorsque la guerre éclate, puis rejoint son père à Vichy, sous l’Occupation. Croyant pouvoir offrir une vision positive aux jeunes, Christian Bouche-Villeneuve crée, à l’été 1941, La Revue française : Cahiers de la Table ronde, sous le même pseudonyme de Marc Dornier, en compagnie de son ami de lycée Bernard Pingaud. Cette publication s’achève très rapidement : la revue ne connaît que deux numéros, le troisième étant abandonné avant même l’impression. C’est définitivement déçu par la politique du Maréchal, alors que les Américains de leur côté entrent en guerre en décembre 1941, que Marker quitte Vichy et se rend en Suisse. Les premières années de la vie de Christian Bouche-Villeneuve, devenu depuis Chris Marker, sont obscures, et Marker lui-même a contribué à la confusion en transmettant délibérément des informations erronées aux journalistes. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Chris Marker écrit pour la revue Esprit qui réapparaît et est entièrement refondue après avoir été interdite sous le régime de Vichy, en 1941.

Mais surtout, il travaille activement pour les organisations Peuple et culture et Travail et culture. L’un des principaux animateurs de ce projet n’est autre qu’André Bazin, qui cofonde en 1951 les Cahiers du cinéma. Trilingue, il traduit également des ouvrages allemands et anglais en français. Marker quitte la direction de la revue DOC.

Dans l’œuvre de Chris Marker comme dans celle de Jean-Luc Godard, la citation est un élément important et récurrent. Olympia 52 et Les Statues meurent aussi suggèrent déjà l’esprit de voyage qui caractérise le travail de Chris Marker pendant toute la période qui suit. Fidel Castro filmés juste avant le débarquement de la baie des Cochons. Lorsqu’il ne tourne pas, Chris Marker fait de la photographie.

En 1956, il publie son portfolio Clair de Chine dans la revue Esprit. Il y développe alors une forme nouvelle d’alliance entre le texte et l’image : la photographie n’est plus reléguée au seul statut d’illustration, mais devient un complément indispensable du texte. Entre son voyage à Cuba en 1961 et son voyage au Japon en 1964, Marker retourne en France pour réaliser deux films fondamentaux dans sa carrière : Le Joli Mai et La Jetée, tous les deux sortis en 1962. La Jetée, probablement le film le plus célèbre de Chris Marker, est un point d’inflexion dans son œuvre. Dans ce film construit comme un photo-roman fait presque entièrement d’images fixes, Marker abandonne le mode documentaire et utilise les ressources de la science-fiction pour construire une fable sur le temps, la mémoire et la subjectivité, ainsi que sur leurs relations avec l’image. Le film a d’ailleurs été l’objet d’un remake hollywoodien à gros budget : L’Armée des douze singes, en 1995. Dans le même temps, Marker collabore de manière très variée à un grand nombre de projets cinématographiques, allant de l’écriture du commentaire à la production, en passant par l’adaptation des sous-titres ou le montage.