La politique monétaire PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? La politique monétaire est l’action par laquelle l’autorité monétaire, en général la banque centrale, la politique monétaire PDF sur l’offre de monnaie dans le but de remplir son objectif de triple stabilité, à savoir la stabilité des taux d’intérêts, la stabilité des taux de change et la stabilité des prix.


Quel est le cadre institutionnel de la politique monétaire ? Quels sont les principes qui la guident ? Quelle est la stratégie des banques centrales ? Comment peut-on expliquer leur politique de taux d’intérêt et comment coordonnent-elles les anticipations (leur rôle de  » joueur de flûte « ) ? Comment la politique monétaire est-elle mise en œuvre ? Quels sont ses résultats ?
Ce livre répond à ces questions, et à bien d’autres, en s’appuyant sur les enseignements de l’analyse économique – théorique et empirique – moderne et à partir des expériences des banques centrales – en s’attachant tout particulièrement à celles du G3 (Banque centrale européenne, Système fédéral de réserve des États-Unis, Banque du Japon). Sur chacune des questions, l’accent est mis sur la transparence de la politique monétaire qui sert ainsi de fil directeur à l’ensemble de la présentation. Au final, il apparaît que la politique monétaire moderne s’est beaucoup rapprochée de la science mais reste encore largement un art.

La politique monétaire se distingue de la politique budgétaire. Ces deux politiques interagissent et forment ensemble le policy-mix. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Tooke et sa Banking school prônent une liberté de cette création monétaire, qui doit dépendre des besoins des agents économiques. Le Currency School l’emporte lors du Banking Act de 1844, qui requiert aussi de capitaliser les banques. Entre 1920 et 1940, il faut gérer les séquelles de la Première Guerre mondiale.

1973, l’explosion du système monétaire et financier mondial a une conséquence principale : le point d’ancrage nominal de la politique monétaire devient la stabilité des prix. D’après la théorie économique moderne, le but de la banque centrale est de maximiser le bien-être économique des ménages. Ainsi, on attribue généralement deux objectifs principaux à la politique monétaire : la stabilisation des prix et la stimulation de l’activité économique. Ces deux objectifs sont étroitement liés, et non incompatibles comme on pourrait le penser, la stabilité des prix étant un préalable à une activité économique soutenue. La politique monétaire ne peut viser directement ces objectifs car les banques centrales n’ont qu’un contrôle très indirect de ces grandeurs économiques, qui réagissent avec des décalages assez longs et variables aux impulsions de la politique monétaire, et ne sont observées qu’avec un retard important et une périodicité assez espacée. Les objectifs intermédiaires, comme les agrégats de la monnaie ou les taux de change, sont donc mis en place.

Ces cibles intermédiaires n’ont pas de valeur en elles-mêmes, si ce n’est leur corrélation avec les buts avec lesquels elles entretiennent une relation causale. Elles sont mieux contrôlables et plus rapidement observées que les objectifs ultimes. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Parfois appelés  objectifs opérationnels , ce sont des variables qui sont directement sous le contrôle de la banque centrale. Le choix des instruments et les règles définies pour les manipuler déterminent la politique monétaire au jour le jour.

L’action sur la liquidité bancaire, par laquelle la banque centrale agit sur les banques de second rang en les alimentant plus ou moins en monnaie, et en modifiant le taux des réserves obligatoires. La plupart des banques centrales choisissent le taux d’intérêt à court terme comme instrument. C’est le seul taux qu’une banque centrale peut effectivement contrôler de manière précise. En effet, les actifs de très court terme sont très proches de la monnaie, et la banque centrale a un monopole pour l’émission de monnaie. En contrôlant les taux d’intérêt à court terme, la banque centrale a une forte influence sur l’offre de liquidité. Le forward guidance : c’est l’action pour une banque centrale d’annoncer par avance sa future politique monétaire afin d’accroître l’influence de sa politique sur les anticipations des marchés.