La Poursuite du Vent PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Ce film est généralement considéré comme le la Poursuite du Vent PDF-d’œuvre de Ford.


« La Poursuite du Vent » est d’abord un témoignage. J’ai voulu dire comment, professeur de philosophie indifférent et plutôt sceptique, j’ai vu mon système de pensée voler en éclats quand j’ai rencontré la foi chrétienne. Ce renversement de toutes mes valeurs m’a ensuite contraint à une réflexion sur la philosophie, particulièrement quand sont célébrées ses épousailles avec la foi chrétienne. Luther a-t-il raison lorsqu’il prétend que la raison est la putain du diable ? Une philosophie chrétienne est-elle possible ? Comment concilier ma nouvelle vision du monde et la philosophie qui continue à me passionner ? Prof de philo, comment allais-je tenir mes convictions nouvelles et la matière que je devais enseigner ?

J’ai résolu de dire les choses avec franchise et simplicité. J’ai voulu également que même des lecteurs sans formation particulière en philosophie puissent me comprendre. Ils trouveront ici l’amorce de certains thèmes que j’ai approfondis dans mon dernier livre, « La Sagesse ou la Vie ».

Vingt et un ans après sa parution, « La Poursuite du Vent » est rééditée pour répondre au souhait exprimé par plusieurs lecteurs de « La Sagesse ou la Vie ». Le texte est conforme à l’édition des Presses Bibliques Universitaires en 1991.

Des Indiens Comanches attaquent le ranch d’Aaron Edwards, qui est tué ainsi que sa femme et son plus jeune fils. Il y a trois ans que la guerre de Sécession a pris fin. Ethan Edwards, ancien soldat confédéré ne rentre que maintenant au pays, c’est-à-dire au ranch de son frère Aaron. Ils retrouvent assez rapidement le cadavre de Lucy. Fou de douleur, Brad attaque seul le campement des rebelles comanches et meurt. Pour récupérer la jeune Debbie, Ethan et Martin Pawley se lancent dans une longue quête à travers l’Ouest, qui durera plusieurs années et durant laquelle ils ne reviendront qu’une fois à la ferme Jorgensen. Au cours de ce bref séjour, l’amour qui existait depuis toujours entre Laurie, la fille Jorgensen, et Martin Pawley se renforce.

Mais Ethan et Martin sont très vite obligés de repartir, toujours en quête de Debbie, leur nièce et sœur respective. Il est impossible de la libérer sur-le-champ. Ethan et Martin repartent et campent non loin de là. Debbie les rejoint en catimini et dit à Martin de partir car elle est devenue une Indienne maintenant. Ethan arrive sur ces entrefaites et lève son pistolet pour tuer l’Indienne en qui sa nièce semble s’être transformée, mais Martin s’interpose.

Martin et Charlie mettent les choses au point entre eux en se battant dans la cour et finalement, la cérémonie de mariage est annulée. Edwards, Martin et Clayton repartent peu après attaquer le campement indien du chef Comanche  le Balafré  repéré non loin de là par un régiment de cavalerie. Martin va sauver Debbie juste avant l’attaque et tue  le Balafré . Finalement, chez Ethan l’instinct familial est plus fort que son animosité pour les Indiens : il ne voit plus en Debbie la Comanche qu’elle a été contrainte de devenir mais la nièce qu’il a connue petite fille.

L’histoire s’inspire d’un fait réel : une petite fille est kidnappée en 1836 au Texas. Plus tard, elle deviendra la femme d’un chef Comanche et sera retrouvée des années plus tard, ramenée de force dans la communauté blanche malgré ses protestations. Cet événement a inspiré le livre d’Alan Le May, duquel s’inspire John Ford. Le film rompt avec les westerns manichéens : le personnage d’Ethan s’acharne sur des causes perdues, il n’hésite pas non plus à abattre des bisons pour accélérer le déclin du peuple indien. Celui-ci est abordé avec beaucoup de dignité. Ford a demandé à John Wayne de s’inspirer de l’acteur Harry Carey qui était un ami de Ford. John Wayne a appelé l’un de ses fils Ethan, en souvenir du film.