La pratique chirurgicale en gynécologie obstétrique PDF

Article détaillé : Histoire de la chirurgie. En Occident, après la grande tradition médico-chirurgicale de l’Antiquité, et au début du Moyen-Âge, les chirurgiens ont été relégués dans une caste inférieure parmi les soignants. Ils ont été exclus des études médicales la pratique chirurgicale en gynécologie obstétrique PDF pendant plusieurs siècles.


Voir une vidéo :
Comme dans tous les domaines de la chirurgie, les techniques en gynécologie-obstétrique ont évolué du fait du développement de l’imagerie et de l’endoscopie. Mais même si de très nombreuses interventions sont réalisées par voie endoscopique, il est indispensable de connaître les voies classiques par voie vaginale ou par laparotomie afin de choisir la voie la plus adaptée ou de pouvoir effectuer une conversion en cas de complications. Cet ouvrage décrit les principales interventions de pratique courante dans un service de gynécologie-obstétrique en les regroupant selon la voie d’abord : – chirurgie par voie endoscopique : coelioscopique ou hystéroscopique ; – chirurgie par voie basse : chirurgie de la vulve, du vagin et de l’utérus par les techniques classiques et par laser ; – chirurgie par voie abdominale : chirurgie de l’utérus et des annexes, chirurgie au cours de la grossesse. La chirurgie des prolapsus, des malformations, des mutilations sexuelles, les interventions pelviennes d’origine digestive ou urologique sont également traitées. Enfin, la chirurgie du sein pour lésions bénignes ou cancer et la reconstruction mammaire font l’objet des derniers chapitres. On trouvera pour chaque intervention les indications, les modalités de réalisation, mais aussi la description des complications possibles et les solutions pour mieux les prendre en charge, ou mieux, les éviter. L’illustration en deux couleurs comprend plus de 850 dessins décrivant les différents temps opératoires et les complications les plus fréquentes. Les temps essentiels de toutes interventions sont repris dans des vidéos qui sont directement consultables sur le site em-consulte.com à partir d’un code à gratter, personnel et sécurisé, inséré dans le livre. Ces vidéos sont signalées dans l’ouvrage par un logo. Pour cette nouvelle édition, tous les chapitres ont été revus en tenant compte des recommandations des différentes sociétés savantes (HAS, CNGOF, SFEG, etc.) et des nouvelles techniques (hystérectomie et cure de prolapsus par voie coelioscopique, stérilisation par voie hystéroscopique, TOT, réparation des mutilations sexuelles, création d’un néovagin). De nombreux nouveaux films ont été ajoutés. Fruit d’une pratique quotidienne, cet ouvrage constitue une aide pour tous les internes en gynécologie-obstétrique ou en chirurgie générale qui y découvriront les gestes opératoires courants qu’ils doivent savoir réaliser à la fin de leur formation. Les chirurgiens confirmés pourront remettre à jour leurs connaissances et s’initier à de nouvelles techniques. Pour accéder au complément en ligne de cet ouvrage, cliquez.

En Occident, au Moyen Âge, les médecins, comme tous les membres des universités, sont des clercs et non des laïcs. Certains occupent même de hautes fonctions ecclésiastiques. Et enfin, un médecin n’a pas le droit d’exercer une profession manuelle pour en tirer profit. Pour cette raison, les actes chirurgicaux leur sont aussi interdits.

La pose de ventouses est du ressort de la matrone et celle du clystère de l’apothicaire. En 1671, une chaire universitaire de chirurgie est créée au Jardin des plantes de Paris, malgré l’opposition de la Faculté de Médecine. Pour vaincre cette opposition, une ordonnance royale est nécessaire en 1673. Malgré cela, leur nombre est insuffisant et certains sont volés dans les cimetières ou achetés directement aux bourreaux, ce qui provoque de nouvelles batailles avec la Faculté de Médecine, qui n’hésite pas à faire intervenir des huissiers pour récupérer les corps. Puis Louis XIV est atteint d’une fistule anale en 1686, et les tentatives médicales ne donnent aucun résultat. Révolution, la différence entre chirurgien et médecin est abolie. Il n’y a plus qu’un enseignement unique comprenant la médecine, la chirurgie et les accouchements.

Voir : Études de médecine en France. Voir : Formation des vétérinaires en France. La chirurgie dentaire est pratiquée par le chirurgien-dentiste directement sur un fauteuil conçu à cet effet, en collaboration avec un ou plusieurs assistants dentaires. La chirurgie dentaire concerne les interventions de la bouche, des dents, des maxillaires et des tissus attenants. Elle est pratiquée par le chirurgien-dentiste et le médecin spécialiste en stomatologie. La chirurgie orale concerne les interventions chirurgicales lourdes au sein de la cavité orale. Elle est pratiquée par le médecin spécialiste en chirurgie orale et le chirurgien-dentiste spécialiste en chirurgie orale.

La chirurgie maxillo-faciale concerne les interventions sur le massif oro-facial. Elle est pratiquée par le médecin spécialiste en chirurgie maxillo-faciale et stomatologie. Elle pratiquée par le médecin spécialiste en oto-rhino-laryngologie. Elle est pratiquée par le médecin spécialiste en ophtalmologie.