La puberté chez les filles PDF

L’histoire des classifications des tumeurs gliales se confond avec celle de la puberté chez les filles PDF’évolution et du développement des techniques d’étude cytologique et histologique du parenchyme cérébral. Après une revue de ces techniques et des découvertes progressives des différents types cellulaires du système nerveux central, les principales classifications des tumeurs gliales sont présentées par ordre chronologique.


La puberté est l une des étapes les plus importantes que traversera ton corps au cours de ta vie. Ton apparence physique change et tu ressens soudainement une tonne de nouvelles émotions. Ce livre répondra à toutes les questions que tu peux te poser au sujet de la puberté : croissance, hygiène, sexualité, crise d adolescence, relations amoureuses, tout y est!

Tumeurs souvent volumineuses, les signes d’appel étant discrets. Possibilité au FO d’un syndrome de Foster Kennedy. Gliomes bénins, gliomes malins en « ailes de papillon ». Souvent asthénie physique et psychique au cours des glioblastomes. Gliomes, méningiome de la faux, métastases.

Syndrome endocrinien, syndrome chiasmatique, paralysie oculomotrice, HTIC. Baisse de l’acuité visuelle, cécité, exophtalmie, amputation du champ visuel. Gliome du nerf optique, du chiasma , méningiome. Ophtalmoplégie, atteinte du nerf V1 ou V2, exophtalmie. Méningiome, neurinome du V, chondrome, chordome. Intraventriculaires : HTIC « en clapet », dérobement des jambes,perte de connaissance, troubles psychiques.

Kyste colloïde, craniopharyngiome, méningiome, papillome, kyste épidermoïde, kyste glioarachnoïdien, astrocytome subépendymaire, épendymome, dysembryome. Hamartomes, gliomes, pinéalome ectopique, germinome, crâniopharyngiome, tératome. Russel, diabète insipide, troubles de la mémoire, Korsakoff, HTIC. Crâniopharyngiome, gliomes optoventriculaires, germinome, métastases, glioblastome, gangliogliome. Gravité par leur extension vers les noyaux gris. HTIC, syndrome de dysconnexion calleuse, troubles de la marche.

Les tumeurs primitives sont rares, le plus souvent il s’agit d’une extension des tumeurs lobaires. HTIC, déficit moteur, syndrome extra pyramidal, thalamique, démence. 3 des tumeurs du noyau caudé est associé à une sclérose tubéreuse de Bourneville. Syndrome de Parinaud, HTIC, syndrome endocrino-végétatif et dysmétabolique, troubles psycho-intellectuels. TUMEURS DU CORPS CALLEUX Syndrome calleux. Paralysie des nerfs III, VI, V, des voies longues, atteinte du champ visuel.

Méningiome du clivus, du bord libre de la tente, kyste épidermoïde, chordome sphéno-occipital, chondrome. Syndrome de l’angle ponto cérébelleux : atteinte des nerfs VIII, V, VII, syndrome cérébelleux, atteinte des voies longues. Papillome des plexus choroïdes, neurinome du V, neurinome du VII. Atteinte des voies longues, syndrome cérébelleux, paralysie des nerfs crâniens, HTIC tardive.

Manifestation ORL, HTIC ou syndrome encéphalique. Torticolis, rigidité de la nuque, tableau d’une compression médullaire lente cervicale haute, HTIC. L’exposition au champ magnétique de basse fréquence est un facteur favorisant démontré. Cinquante pour cent des tumeurs cérébrales sont des tumeurs gliales. 1 fois sur 2, il s’agit d’un glioblastome. Astrocytomes : grisâtres ou blanc jaunâtres, quelquefois l’aspect diffère peu de celui du tissu sain.

Astrocytomes fibrillaires : fréquents, de siège hémisphérique volontiers kystiques, faites d’astrocytes de petite taille de densité variable avec des filaments gliaux donnant un aspect réticulaire. Astrocytomes protoplasmiques : rares, d’aspect monomorphe, présentant des kystes plus ou moins volumineux. Astrocytomes gémistocytiques : rares avec un potentiel de malignité quasi constant. Glioblastomes : de coloration grisâtre, violacé avec une consistance granuleuse, molle. Ils sont constitués de cellules de morphologie variée, multiforme avec des zones hémorragiques, kystiques, nécrosés, des vaisseaux thrombosés et une prolifération endothélo-capillaire. Les cellules prennent souvent un aspect pseudo-palissadique autour des foyers de nécrose. Le siège préférentiel est la substance blanche.

Le xantho-astrocytome est une tumeur rare. Il survient surtout chez le jeune, se localise préférentiellement à la surface des hémisphères cérébraux avec souvent une infiltration leptoméningée. Le pronostic est favorable après une exérèse totale. Citons le gangliogliome, tumeur siégeant principalement dans le lobe temporal et le plancher du V3 d’allure kystique et calcifiée à potentialité évolutive bénigne. 4 – Tableau d’AVC ischémique ou hémorragique. L’absence de prise de contraste n’est pas prédictive du grade de gliome.