La sémantique: « Que sais-je ? » n° 655 PDF

Cette capacité est centrale dans la cognition sociale humaine et joue un rôle primordial dans les interactions sociales — communication, collaboration, enseignement, compétition etc. L’étude expérimentale de la théorie de l’esprit s’est faite en lien avec des réflexions philosophiques la sémantique: « Que sais-je ? » n° 655 PDF cette capacité.


Depuis la première sémantique de Michel Bréal jusqu’aux recherches les plus récentes, cet ouvrage présente une discipline qui s’est donnée pour objet l’étude scientifique des significations : pourquoi des formes linguistiques identiques peuvent avoir des sens différents ou inversement, pourquoi des formes différentes peuvent renvoyer à des significations équivalentes.

Il propose comme critère la capacité à attribuer à une autre personne des croyances différentes de ses propres croyances. La théorie de l’esprit est une capacité cognitive qui permet de se représenter les états mentaux d’autres individus et d’utiliser ces représentations afin d’expliquer ou de prédire le comportement des autres. Articles connexes : Psychologie naïve et Daniel Dennett. Les débats contemporains de la théorie de l’esprit s’inscrivent dans une riche tradition philosophique de l’étude de l’esprit : on peut faire remonter le questionnement sur la nature de l’esprit à Descartes. Du point de vue de la théorie-théorie, l’utilisation de la théorie de l’esprit relève de l’application d’une théorie.

Au sein des défenseurs de la théorie-théorie, plusieurs versions s’opposent quant à son développement. Le développement de la théorie de l’esprit chez les enfants a donné lieu à de très nombreuses études depuis les années 1980. Article connexe : Test de Sally et Anne. En lien avec les réflexions proposées par les philosophes s’étant penchés sur la question, les tests visant à déterminer à quel âge les enfants sont capables d’attribuer des fausses croyances ont connus une place centrale dans l’étude du développement de la théorie de l’esprit. Dans cette tâche, un enfant-spectateur doit prédire qu’une personne ignorant le déplacement d’un objet le cherchera là où elle croit qu’il se trouve et non là où il est en réalité.