La traite et l’exploitation des êtres humains en France PDF

Pour la première fois, la notion d’esclavage la traite et l’exploitation des êtres humains en France PDF apparaît, dont le travail forcé serait l’un des avatars. En 1930, le Bureau international du travail adopte une convention visant à supprimer le travail forcé  sous toutes ses formes dans le plus bref délai possible .


En dépit de la lutte contre la traite et l’exploitation des êtres humains, trop souvent encore, ceux qui en sont victimes continuent à rencontrer des obstacles pour accéder à la justice et recevoir une assistance appropriée.
Dans ce contexte, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) a examiné le droit en vigueur, et les conditions de sa mise en oeuvre, afin d’identifier les failles du dispositif français. Au terme de ses travaux, elle a adressé aux pouvoirs publics un avis accompagné d’une centaine de recommandations.

Les annexes comportent notamment l’avis de la CNCDH sur la traite et l’exploitation des êtres humains en France, présenté en français et en anglais, ainsi que l’état des ratifications des textes internationaux relatifs à la traite et à l’exploitation par les États membres de l’Union européenne.

En 1957, c’est l’Organisation internationale du travail qui adopte une convention visant à  supprimer le travail forcé ou obligatoire et à n’y recourir sous aucune forme . Dès lors, l’arsenal législatif et réglementaire visant à abolir l’esclavage moderne n’a cessé de s’élargir, pour y englober toutes ses nouvelles formes. Malgré les progrès incontestables en matière de textes légaux ou de conventions internationales, les situations d’asservissement restent nombreuses dans le monde. Ces chiffres recouvrent toutefois des situations très diverses dans le monde. Articles connexes : Esclavage au Soudan et Esclavage en Mauritanie.

Article détaillé : Traite des êtres humains. Fortement liée à l’esclavage traditionnel, la traite des êtres humains et des marché d’esclaves existent encore aujourd’hui. On peut la définir comme le déplacement ou le commerce d’êtres humains, à des fins commerciales, par la force ou la ruse. Ce sont le plus souvent les femmes et les enfants qui sont victimes de ces pratiques. La traite des êtres humains peut servir à alimenter des filières de prostitution dans le monde entier : on estime à 2 millions le nombre d’esclaves prostitués en Thaïlande, pour répondre notamment aux besoins du tourisme. Les enfants sont des victimes importantes des traites contemporaines, aussi bien pour être exploités comme travailleurs que comme esclaves sexuels.

Les circonstances qui conduisent à de telles situations sont diverses : emprunt destiné à financer un traitement médical, une dot, etc. L’emprunteur est ensuite astreint à travailler sans congé pour le compte du prêteur jusqu’au remboursement de la dette. Les rémunérations étant toujours très basses, il arrive régulièrement que la dette ne soit pas éteinte avant le décès de l’emprunteur et passe ainsi aux générations suivantes. La servitude pour dette est théoriquement abolie dans le monde entier, toutefois cette pratique est encore généralisée dans certaines régions du monde. France contraintes de travailler dans des ateliers clandestins pour rembourser une dette exorbitante contractée le plus souvent pour prix de leur entrée dans le pays.

Le travail forcé constitue sans doute la forme la plus connue de l’esclavage moderne, entre autres parce que c’est la plus répandue dans les pays occidentaux. On parle généralement de travail forcé lorsque des personnes sont recrutées dans l’illégalité par des États, des partis politiques ou des particuliers, et forcées à travailler pour eux, le plus souvent sous la menace de sévices ou d’autres punitions. D’après les estimations du Comité Contre l’Esclavage Moderne, quelques milliers de jeunes domestiques seraient  employées  illégalement en France dans des conditions d’asservissement. Leurs actes peuvent être expliqués comme un héritage de l’esclavage traditionnel : ils relèvent d’une culture, d’une tradition où la condition servile n’a pas été abolie, de droit ou de fait. Articles connexes : Shoah, Crimes de guerre japonais, Goulag, Laogai et Camps de concentration nazis. Un autre exemple historiquement significatif de travail forcé était celui des prisonniers politiques, les peuples des pays conquis ou occupés, les membres de minorités persécutés, et les prisonniers de guerre, surtout pendant le vingtième siècle.

En Corée du Sud, les sans-abris font entre 1975 et 1990 l’objet d’arrestations systématiques par les services de police pour être expédiés dans des camps de travail. Le travail des enfants est considéré comme de l’esclavage lorsqu’il se fait dans des situations dangereuses ou impliquant exploitation. 50 à 60 millions dans des conditions dangereuses. En Tanzanie certains travaillent 11 heures par jour dans les plantations. Des usines de tapis en Inde ou au Pakistan, sont accusées de faire travailler des enfants jusqu’à 20 heures par jour, 7 jours sur 7.

Dans le meilleur des cas, ces enfants sont sous-payés, mais la plupart d’entre eux ne reçoivent pas de salaire pour leur peine, et certains sont parfois victimes de mauvais traitements. Selon un rapport de l’organisation Human Rights Watch, des dizaines de milliers de très jeunes adolescents, souvent originaires du Mexique ou des pays latino-américains, travaillent aux États-Unis, principalement dans les fermes des États du Sud. Jean Allain, Slavery in International Law: Of Human Exploitation and Trafficking, p. 2700 Personnes victimes de trafic humain libérées en Amérique Latine. Article 5 de la Convention relative à l’esclavage.