Lanza del Vasto : Pèlerin, patriarche, poète, 1901-1981 PDF

1932 à Palerme, lanza del Vasto : Pèlerin, patriarche, poète, 1901-1981 PDF se trouve le palais familial. San Vito dei Normanni, les parents du petit Giuseppe s’installent dans un domaine voisin acquis avec la dot de l’épouse, Specchia di Mare, où ils ont fait construire une demeure plus moderne dans le style colonial.


Livre admirable, saisissant, Le Pèlerinage aux sources rend célèbre en 1943 Lanza del Vasto. Il y raconte sa découverte de l’Inde et sa rencontre avec Gandhi. Dix ans après son retour en Europe, Lanza fonde l’Ordre et la Communauté de l’Arche, école de vie intérieure et préparation à l’action non violente, qui ne peut véritablement s’enraciner que dans la conscience de soi, la conversion, l’éveil.
L’action se traduit par des jeûnes et des manifestations contre les tortures et pour la paix en Algérie, contre la bombe atomique et l’énergie nucléaire, par le soutien aux paysans du Larzac… Défenseur des droits de l’homme, Lanza est aussi précurseur de l’écologie. Chrétien, catholique, il annonce  » l’esprit d’Assise « . Mais l’éclat de son action militante, son enseignement et la célébrité du Pèlerinage aux sources ne doivent pas faire oublier le poète du Chiffre des choses et le dramaturge, le philosophe de La Trinité spirituelle, le théologien, le maître spirituel. Le sens de sa vie et de son œuvre est la recherche de l’unité, le témoignage d’une conscience libre. Par son courage et par sa pensée, Lanza del Vasto nous interroge toujours aujourd’hui sur l’actualité et l’avenir de la non-violence.

Ses infidélités conduisent le couple à rompre en 1911. Le foyer, abandonné par le père, émigre en octobre 1913 à Courbevoie, banlieue ouvrière, et emménage en 1914 à Paris même dans un appartement du quartier de la gare Saint-Lazare. De son côté, son père a trouvé à travailler comme gérant d’un domaine en Corse. Restée à Paris, sa mère reçoit en 1923 la visite du duc de Camastra, le second demi frère de son mari, qui est marié à Rose d’Elchingen, une descendante du Maréchal Ney. Dans le cadre de ses études de philosophie, l’anticlérical Giuseppe Lanza découvre Thomas d’Aquin. Una concezione dell’etica e del diritto, sur le rapport entre artiste et modèle pénal de la société dans laquelle vit celui-ci.

Sa mère est installée avec ses fils à Pian de’ Giullari, élégante banlieue de Florence où habite l’oncle Odo. Sa mère vend la même année le domaine familial de Specchia di Mare, mettant fin au projet de son fils Lorenzo de le développer. En 1929, le cadet Lorenzo, rentré d’Amérique du Sud, retrouve en Corse son père, sénile et incurable, et le ramène au foyer conjugal. Lou Albert-Lasard, traductrice en français de Rainer Maria Rilke qui a eu recours, largement, à ses compétences.

Son séjour est l’occasion de goûter la vie décadente de la République de Weimar. Il retourne à Berlin en janvier 1931. En octobre, il revient à Paris. Il y retrouve, divorcée, la femme de Jacques Schiffrin, Youra Guller, pianiste la plus en vue de l’époque, qu’il avait rencontrée sept ans plus tôt à Pontigny.

L’inconnu a 19 ans, il s’appelle Luc Dietrich. La crise se répandant en Europe, les rentes s’épuisent et sa mère, veuve de cinquante-huit ans, est obligée de retourner dans sa famille en Belgique. En octobre 1932, il part pour Milan. Repassé par le palais familial de Palerme et par Florence, où Luc Dietrich le rejoint, en novembre 1933, pour s’atteler ensemble au métier d’écrivain, il est de retour à Paris en janvier 1935. Pour l’été, la comtesse Lily Pastré l’invite à Marseille, au château de Montredon. Lanza en 1938 en Palestine, de retour de son séjour auprès de Gandhi pour accomplir la mission de paix qu’il a reçue au cours d’une vision. En décembre 1936, Lanza part en Inde rejoindre Gandhi non pour fuir l’Occident ou dépasser sa foi chrétienne mais pour entendre l’écho contemporain du Sermon sur la Montagne.