Le Dictionnaire des dieux, des saints et des hommes PDF

Cet article est une ébauche concernant le monde celtique, la mythologie et la religion. Antiquité d’Europe, les Celtes ont développé un système religieux polythéiste, dans le Dictionnaire des dieux, des saints et des hommes PDF cadre duquel officiait la classe sacerdotale des druides.


Publié en 2008 aux éditions de l’Archipel, cet ouvrage poursuit sa vie sous une forme numérique, et volontairement accessible.
Entièrement relu, il s’affirme comme un outil d’autant plus nécessaire aujourd’hui : connaître nos racines et le présent, ce qui nous différencie et nous sépare, pour mieux nous comprendre, et vivre ensemble !
Destiné au plus grand nombre, écrit dans un style claire, agréable et concis, ce dictionnaire est classique puisqu’il se présente sous une forme alphabétique.
Les 1 426 notices rassemblent les grandes actrices et les grands acteurs, humains, divins ou mythologiques, de ces traditions religieuses qui, depuis l’Antiquité, peuplent l’imaginaire, les convictions et même le quotidien des humains, croyants ou non.

Les druides ayant systématiquement privilégié l’oralité, les Celtes ne nous ont pas laissé de témoignages directs sur leurs croyances, leurs dieux et leurs rites. Leurs contemporains nous livrent des informations générales. Commentaires sur la Guerre des Gaules. Ces témoignages donnent souvent une image partiale et négative des peuples celtes. Ces informations sont largement déformées par l’interpretatio romana, qui cherche systématiquement un équivalent romain des dieux celtes.

On peut aussi parler des témoignages quasi-contemporains écrits par des historiens ou géographes qui décrivent des scènes celtes auxquelles ils ont assisté, mais à une époque plus récente. Depuis la loi sur l’archéologie préventive en 1986, les fouilles archéologiques concernant les Celtes ont fait des bonds en avant. La littérature médiévale remonte à une période où le christianisme s’était déjà généralisé, de sorte qu’elle ré-interprète les thèmes et comporte de nombreux récits largement remaniés tels que la légende du roi Arthur ou de Merlin l’enchanteur, où il n’est pas aisé de démêler les thèmes de la religion celtique de l’imagination des conteurs. Si certaines figures divines majeures sont communes à l’ensemble du monde celtique, chacune des aires culturelles a développé une mythologie particulière. La mythologie des Irlandais s’inscrit dans la succession des invasions mythiques de l’île. L’Autre Monde celtique n’est pas le lieu des morts, même si certains héros de la littérature irlandaise en sont familiers.

Les données concernant la vision de l’autre monde celte nous vient essentiellement des imramma comme l’Imram Bran Mc Febal et des echtrai comme l’Echtra Nerae. Certaines Vitae chrétiennes comme le voyage de saint Brendan s’en sont inspirées. Le titre générique de  druide  provient de dru-wid-es qui signifie les  très savants , l’étymologie dérivée du chêne, donnée par Pline l’Ancien, étant erronée. L’expression classe sacerdotale doit être comprise dans un sens large, car il ne s’agit pas d’un clergé au rôle strictement réservé au domaine religieux.

Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, livre VI, chapitre 13. Comme pour toute religion, la notion de sacrifice est présente dans la spiritualité des Celtes. Dans le cas d’un animal ou d’un homme, la mise à mort est un  retrait de monde , donc une approche du divin. L’année celtique se décompose en 2 saisons, l’une claire et l’autre sombre.