Le goût d’entreprendre PDF

Retour en arrière : le 4 décembre, après un week-end de le goût d’entreprendre PDF des Gilets jaunes marqué par des scènes d’émeutes, Édouard Philippe annonce la suspension de la hausse de la taxe carbone qui était prévue pour le 1er janvier. La fiscalité sur les carburants était justement l’une des causes de la contestation sociale.


Qu’est-ce qui pousse un homme ou une femme à créer une entreprise ? Faut-il une personnalité particulière ? Une passion pour l’argent ? Le goût du pouvoir ? C’est pour répondre à ces questions et à beaucoup d’autres que Stéphane Leneuf a réuni les témoignages de patrons emblématiques et de jeunes entrepreneurs qui font l’économie française d’aujourd’hui. Ils racontent à la première personne leurs aventures, leurs rêves et leurs ambitions et ce qu’est pour eux le goût d’entreprendre. Des témoignages souvent émouvants, surprenants, qui détruisent des idées reçues sur la difficulté d’entreprendre en France. Le Goût d’entreprendre est un livre très utile pour mieux comprendre celles et ceux qui dirigent une entreprise. Un livre indispensable pour tous ceux et celles qui veulent se lancer dans l’aventure et savoir s’ils ont une chance d’égaler les grands modèles d’aujourd’hui.

C’est justement ce sujet qui est revenu « sur la table », ces derniers jours. Avant François de Rugy, sa secrétaire d’État Brune Poirson vantait dimanche un « outil qui est efficace » et « qui a un vrai impact ». Je ne sais pas, ça fait l’objet des discussions dans le grand débat », avançait-elle sur France 3. Mubashir Qadar, 31 ans, a grandi à Vivalla, et a choisi de quitter la Suède pour suivre ses frères qui se sont rendus en Irak à la fin de l’été 2013 et ont rejoint l’organisation terroriste État islamique. 2014, Mubashir Qadar a été grièvement blessé au dos après avoir été touché par les troupes du régime syrien. Il a été soigné pendant un certain temps en Turquie avant de retourner en Suède.

De retour en Suède, il a rejoint un gang à Vivalla. Il est aujourd’hui accusé de l’assassinat à l’arme blanche d’un jeune homme de 20 ans. Le meurtrier a tué sa victime de cinq coups de couteau à la tête et dans le haut du corps. Le meurtre a été filmé selon le procureur. La police cogne et tire sur les Gilets jaunes mais protège les casseurs gauchistes !

Nous avons différé son interpellation au vu de la présence hostile de très nombreux manifestants » écrit la police dans son rapport. Le casseur porte un masque et des lunettes de protection qui lui cachent le visage et à intervalles réguliers il enfile un gilet jaune par-dessus sa tenue toute noire de casseur. Il l’enlève pour casser, c’est moins voyant. Le casseur sort d’abord un marteau de son sac. On ne le lui a pas confisqué, alors qu’on a confisqué aux Gilets jaunes des masques en papier très dangereux ? Son pied de biche non plus n’a pas été confisqué.