Le guide de la musique 2004 : 2 volumes PDF

Solitude du journal : Le guide de la musique 2004 : 2 volumes PDF Tharaud, Christian Bobin, Philippe Petit, Dominique Noguez, Pierre Bergounioux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici.


Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Kōdansha à partir de 1982 et se termine en 1990. Elle est ensuite publiée en six volumes reliés de 1984 à 1993. Ce manga a nettement participé à la diffusion du manga en Occident. En 1988, Akira est adapté en un film d’animation, également réalisé par Katsuhiro Ōtomo, sous le même titre, Akira.

Réplique grandeur nature de la moto de Kaneda en 2005. Troisième Guerre mondiale, avec la destruction de nombreuses cités par des armes nucléaires. Neo-Tokyo est une mégapole corrompue et sillonnée par des bandes de jeunes motards désœuvrés et drogués. Une nuit, l’un d’eux, Tetsuo, a un accident de moto en essayant d’éviter un étrange garçon qui se trouve sur son chemin. 30 ans qui n’a jamais rien rapporté. Shôtarô Kaneda — Ami de Tetsuo et chef de leur bande de motards, ce petit délinquant d’apparence drogué, macho, égoïste, glouton et parfois lâche est entraîné dans la lutte contre le programme militaire quand il croise le chemin de Kei. Kaneda pour être le chef de leur bande de motards.

Il tombe par hasard aux mains des militaires, qui libèrent chez lui un énorme pouvoir psychique. Akira, mais entre dans un cycle de mutations monstrueuses à mesure que son pouvoir grandit. Sa puissance sans cesse croissante pourrait faire exploser la planète. Cette adolescente idéaliste et sans peur, milite dans un groupe démocratique clandestin qui cherche à dévoiler les expérimentations secrètes de l’armée. Elle prétend d’abord être la sœur de Ryû, l’homme qui dirige le groupe, et repousse vigoureusement les grossières avances de Kaneda.

Il s’inspire tout d’abord de l’œuvre de Mitsuteru Yokoyama, Tetsujin 28-gō, dont il reprend le thème  une arme secrète conçue par les militaires avant la guerre du Pacifique et ré-expérimentée ensuite. En 1983, Otomo découvre le domaine de l’animation en travaillant sur le film d’animation Harmagedon. Il se voit finalement proposer de réaliser l’adaptation en film d’animation d’Akira, alors un succès commercial. Otomo a de grandes ambitions concernant son adaptation, souhaitant un film d’animation le plus immersif possible. Even after Akira was in the can, I kept on getting into trouble over last-minute revisions. Otomo démontre une implication rare dans la production du film, s’impliquant à tous les niveaux de la production.

Bien décidé à obtenir un film d’animation de haute qualité, Otomo insiste pour qu’il soit animé en format 70mm et à une fréquence de 24 images par seconde, voire plus pour certaines scènes d’action. De plus, pour jouer sur le niveau d’exposition, les scènes requièrent régulièrement la superposition de celluloïd, allant jusqu’à neuf couches superposées. De plus, contrairement à la majorité des anime qui réalise le doublage à partir d’une version animée rudimentaire du film, le doublage d’Akira est pré-enregistré avant le processus d’animation. Enfin, le film sort au Japon le 16 juillet 1988.

D’ailleurs, Otomo renouvellera cette prouesse en 2004 avec la production du film d’animation Steamboy. En effet, à l’instar des protagonistes de ces films, les personnages d’Akira ne se retrouvent pas dans la société et s’en affranchissent en agissant au mépris de la loi. Otomo puise également dans ses précédentes œuvres pour réaliser Akira. Elle relate l’histoire d’un groupe de combattants pour la liberté dans une ville futuriste, engagé dans une lutte contre le gouvernement en place et d’un policier possédant de faibles pouvoirs télékinétiques.