Le prix de l’alliance : Les Austro-Hongrois sur le front Ouest PDF

Situation du front le 24 octobre 1917 et opérations jusqu’au 12 novembre. Cette bataille se solde par une très lourde défaite des Italiens, alors dans le camp de la Triple-Entente, face aux armées austro-allemandes. Les Italiens parviennent ensuite à stabiliser le front sur la ligne du Piave. Six des divisions allemandes et neuf le prix de l’alliance : Les Austro-Hongrois sur le front Ouest PDF austro-hongroises avaient été rassemblées pour former la nouvelle 14e armée, sous le commandement du général allemand Otto von Below.


Otto von Below, regroupées en territoire austro-hongrois dans la zone de Tolmino, Caporetto et de Plezzo le long du fleuve Isonzo, lancent l’offensive. Luigi Capello, qui avait lentement constitué des positions défensives en vue de l’attaque austro-hongroise. La 14e armée, opposée au sud à la 2e armée italienne, a reçu l’ordre de pousser vers la côte Adriatique en direction de Venise. Le barrage d’ouverture sème la panique parmi les unités italiennes en première ligne, qui découvrent que leurs masques à gaz n’offrent aucune protection contre les gaz ennemis. Le 25, les attaquants ont effectué une percée de 24 km dans la ligne de front italienne, ce qui oblige le commandant en chef italien, le général Luigi Cadorna, à envisager un retrait de ses troupes vers le fleuve Tagliamento. L’ordre de se retirer sur les prochaines défenses est finalement émis le 27.

Les armées italiennes très éprouvées se regroupent sur le Tagliamento à la fin du mois. Cependant, les conséquences du désastre ont été moindres qu’attendu, en raison des lacunes des puissances centrales et de la résistance italienne. En effet, des erreurs de commandement ont permis aux Italiens non seulement de sauver les restes de la IIe armée, mais aussi sur les ailes du front de maintenir leurs positions sur le mont Grappa. Retraite italienne sur le Tagliamento après la bataille de Caporetto. Mais elles ne peuvent franchir la rivière Piave, où les Italiens, avec 51 divisions, appuyés par 6 divisions composées de forces françaises, britanniques et américaines, avaient mis en place des nouvelles lignes de défense. Rapidement après la fin de la poursuite, les Allemands retirent les troupes qui ont participé à la victoire, conformément à l’idée de Ludendorff pour qui le front italien est d’importance secondaire.

Pendant l’hiver et le printemps 1918, les Autrichiens essayent à plusieurs reprises de franchir le fleuve mais se heurtent à la résistance acharnée de l’armée italienne dans la bataille du Piave. Italiens passent à l’attaque dans la bataille de Vittorio Veneto. La victoire germano-austro-hongroise connaît des conséquences politiques importantes, non seulement au sein des puissances centrales, mais aussi dans le camp allié. Pour les Alliés, Caporetto fournit également l’occasion d’un sursaut important. La bataille de Caporetto a joué un grand rôle dans l’imaginaire politique et militaire italien au cours des années 1919-1945. Pour lui, à partir de ce moment, le PSI, en tant qu’organisation de masse, cesse d’exister, frappé d’une part par les bandes fascistes, d’autre part par le changement de politique du PNF à l’égard de la classe ouvrière.

Parmi eux Giovanni Gentile, dans un discours au Capitole le 24 juin 1943. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Ernest Hemingway raconte la bataille dans son roman L’Adieu aux armes. Le film La Grande Guerre présente une version tragicomique.