Les crimes de l’armée française PDF

La plupart des chercheurs occidentaux les crimes de l’armée française PDF que la majorité des viols a été commise par des militaires soviétiques. Cependant les estimations du nombre de viols varient et sont contestées.


 » Ce petit livre est destiné à rappeler les crimes de l’armée française. Je dis bien de l’armée française, non de quelques officiers. Même si la majorité de l’armée a occupé le terrain plus qu’elle n’a torturé ou massacré […], elle n’a jamais désavoué ceux qui égorgeaient, coupaient les têtes, mutilaient les femmes, les hommes et les enfants d' »en face’. « 
Cet ouvrage est un document contre l’oubli. À l’heure où la question de la torture pratiquée par les militaires français pendant la guerre d’Algérie revient sur le devant de la scène politique, la réédition de cet ouvrage, publié pour la première fois en 1975, offre une nouvelle occasion de regarder la vérité en face et de reprendre un travail jusqu’à présent inachevé : celui de la mémoire.
Document exceptionnel, Les crimes de l’armée française rassemble en effet des textes émanant des autorités militaires, politiques et administratives françaises et des témoignages d’officiers et de soldats. Ils apportent la preuve de ces crimes dont l’armée française s’est rendue coupable en Algérie, mais aussi en Indochine, et dont les responsables ont tous été amnistiés sans avoir même jamais été sérieusement inquiétés.

Selon les chiffres le plus souvent cités, le nombre de femmes violées en Allemagne en 1945 par des soldats de l’Armée rouge est estimé à près de 2 000 000. Deux femmes et trois enfants abattus par l’armée soviétique. Il est rapporté que les deux femmes montrent des signes de viol. Une vague de viols et de violences sexuelles a déferlé en Europe centrale en 1944-45, alors que les Alliés occidentaux et l’Armée rouge envahissaient le Troisième Reich. La population civile féminine a été régulièrement victime de violences sexuelles. La majorité des agressions a été commise dans la zone d’occupation soviétique.

Entre janvier 1945, lorsque l’Armée Rouge entre dans le pays, et juillet 1945, quand les Alliés se partagent le Reich, près de deux millions d’Allemandes sont violées par les Soviétiques. 10 000 femmes violées meurent des suites de leurs blessures ou décident de se suicider. Dans plusieurs secteurs, les abus sexuels massifs se sont accumulés de telle manière que la demande  Frau, komm! Berlin à la fin de la guerre ont été violées par les Soviétiques.

Fuyant l’avancée de l’Armée Rouge, un grand nombre de réfugiées venues des territoires de l’Est vivaient à Berlin. Les hommes étaient au front et les femmes, livrées à elles-mêmes, savaient ce qui les attendaient : la propagande nazie ne cessait d’évoquer les atrocités commises par l’Armée Rouge sur les civils. Le responsable des services techniques de l’hôpital de Senftenberg, au sud-est de Berlin, a retrouvé dans le grenier le registre des patients de 1945. Pendant ces trois mois, les médecins de l’hôpital ont pratiqué quatre à cinq avortements par jour, sur des femmes âgées de 17 à 39 ans. Senftenberg durant l’été 1945 ont été des avortements. A une époque où l’avortement était illégal!

1 400 000 femmes ont été violées en Prusse-Orientale, Poméranie et en Silésie. Cependant, les viols ont continué jusqu’à l’hiver de 1947-1948. Les estimations concernant le nombre de viols commis par l’armée soviétique en Allemagne ont été contestées par des historiens de la Russie et du gouvernement russe. Makhmout Gareïev, président de l’Académie des sciences militaires de la Fédération de Russie, qui a participé à la campagne de Prusse-Orientale, affirme qu’il n’avait même pas entendu parler de la violence sexuelle. Armée rouge seraient responsables de 590 000 crimes, les Américains de 190 000, les Français de 50 000 et les Britanniques de 30 000. Les soldats noirs dans la zone occupée par les États-Unis étaient plus susceptibles d’être accusés de viol, et d’être punis plus sévèrement. En une seule journée de la mi-avril 1945, trois femmes ont été violées à Neustadt am Rübenberge par des soldats britanniques.

Un aumônier en chef de l’armée britannique a déclaré que  ça violait à tour de bras. Les troupes françaises ont pris part à l’invasion de l’Allemagne et ont été affectées à une zone d’occupation en Allemagne. Nathalier Versieux,  Rouge cauchemar , sur Liberation. Zayas: Kriegsverbrechen in Europa und im Nahen Osten im 20.

Politicization of Sexual Violence: From Abolitionism to Peacekeeping. Soldier, Sailor, Beggarman, Thief: Crime and the British Armed Services since 1914. Dangerous Liaisons: The Anti-Fraternization Movement in the U. 1948 , Journal of Social History, vol.