Les existentialistes et la politique PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Les existentialistes et la politique PDF philosophie, une valeur morale est un choix qui guide le jugement moral des individus et des sociétés.


Ces valeurs morales sont créées et transmises par les idéologies, les religions et les sociétés humaines. Certaines de ces valeurs morales se veulent universelles. Le don de soi, la tolérance, le respect, la loyauté, sont des exemples de valeurs morales. Dans la littérature médiévale, la valeur est la vertu guerrière, militaire, la bravoure ou la combativité. Puis, la notion s’est étendue à toute qualité d’une personne ou d’une idée qui, aux yeux d’un groupe, les rend dignes d’intérêt, d’estime, d’admiration. Dans ce dernier exemple, la valeur est esthétique et non économique.

Par extension, le mot est ensuite pris pour  importance , avant d’admettre de nombreux emplois spécialisés. D’autres disciplines s’intéressent aux notions de « valeur » ou de « valeurs » : Voir les articles spécifiques qui leur sont consacrés. Récemment, le mot valeurs a été utilisé au pluriel par les sociologues et les observateurs de notre société dans un sens qui était jadis plutôt réservé aux philosophes. Il désigne un ensemble de qualités qui illustrent un comportement estimé, admiré, recherché par un groupe, un ensemble de personnes qui se réclament de ce type de comportement et en font un principe fondamental de leur vie. La problématique soulevée par la notion de valeurs morales est de savoir ce qui fonde celles-ci, et si les valeurs morales sont objectives ou subjectives. Certains penseurs affirment que les valeurs sont intrinsèques, qu’elles existent en elles-mêmes dans le monde et que l’homme doit chercher à les découvrir, à les atteindre. Cette approche est particulièrement développée dans le travail du philosophe grec Platon, pour qui il existe « un monde des idées pures » dont le nôtre n’est qu’un reflet.

Il suppose que les idées existent dans ce monde sous la forme de vérités absolues. D’autres philosophes comme Spinoza affirment qu’on ne désire pas une chose parce qu’elle est bonne, mais qu’elle est bonne parce que nous la désirons. Les valeurs seraient donc le simple reflet de nos désirs collectifs. Il existe aujourd’hui un débat sur la crise des valeurs morales des sociétés actuelles.