Les loisirs et la société à Brazzaville pendant l’ère coloniale PDF

Brazzaville est la capitale politique et administrative de la République du Congo. Elle fut également la capitale de la France libre de 1940 à 1942. Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. La ville a été fondée le 3 octobre 1880 à l’emplacement des anciens bourgs pré-coloniaux globalement désignés les loisirs et la société à Brazzaville pendant l’ère coloniale PDF le nom de Nkuna et dont les principaux étaient Mpila et Mfa, ou Mfoa.


Quel sens et quelles formes acquiert la vie en dehors du lieu de travail ? Ce livre illustre l’importance des activités de loisirs en ce qui concerne le bien-être individuel, la formation de liens sociaux, la création de nouvelles identités et l’humanisation de la vie quotidienne. Les villes coloniales, où les conditions de vie étaient particulières et parfois difficiles, offrent un environnement privilégié pour l’observation de ces phénomènes. Le siège de cette étude est Brazzaville, alors capitale coloniale de l’Afrique-Equatoriale française. Les premiers chapitres décrivent le contexte politique et économique du développement de la ville, qui, partie d’un ensemble de villages de pêcheurs et de postes de commerce sur les rives nord du Congo dans les dernières années du XIXe siècle, devenait au moment de l’indépendance du pays, une ville en pleine croissance. Les chapitres suivants illustrent l’énergie créatrice que la population urbaine déversait dans des activités telles que le football, la musique et la mode, ainsi que le rôle dynamique des cafés, des bars, et de la vie de la rue dans l’expérience quotidienne. Les thèmes sous-jacents incluent le développement des identités de classe, d’ethnicité et de genre dans le contexte des quartiers africains de Bacongo et de Poto-Poto ; les interactions urbaines et rurales dans l’évolution de la vie citadine, l’intégration des formes culturelles anciennes et nouvelles ; et l’apport important des habitants des Antilles et de l’Afrique occidentale dans les activités de loisirs. De même, les échanges d’idées et les contacts personnels entre Brazzavillois et habitants de Kinshasa/Léopoldville ont joué un rôle important dans le développement des activités de récréation des deux côtés du Congo. Le rôle des Européens est aussi examiné dans cette étude. Les Blancs, produits d’une Europe industrielle, capitaliste et chrétienne, trouvaient bon de s’intéresser aux activités de leurs sujets coloniaux, à ceux qui avaient été convertis et aux travailleurs. Les activités de loisirs devinrent l’une des arènes où les Blancs s’efforcèrent de projeter leur image comme classe dirigeante.

Les habitants de Brazzaville sont appelés les Brazzavillois. Brazzaville reçoit son premier plan d’urbanisme cohérent en 1929 sous le gouverneur général Antonetti. Brazzaville accueillit, en 1944, la Conférence de Brazzaville des forces de la France libre avec à sa tête le général de Gaulle et des représentants des colonies africaines françaises, à l’ouverture de laquelle le discours de Brazzaville fut prononcé. En 1980, la commune de Brazzaville est séparée du département du Pool, et obtient un statut similaire à celui des régions. Au sortir des événements de 1997, Brazzaville qui connaissait déjà une situation chaotique tant en ce qui concerne les administrations, que les logements et la vie des populations, veut d’abord connaître la paix.

C’est le premier arrondissement de Brazzaville, le plus peuplé et le plus grand en surface. Il couvre la périphérie sud de la ville sur les deux rives du Djoué. Vieil arrondissement, l’un des tout premiers avec Poto-Poto, il héberge le plus grand marché de la ville: le Marché Total. Bacongo est le quartier où est née la SAPE, avec l’avenue Matsoua comme  Couloir de la Mode . Bacongo abrite la  Case de Gaulle , construite par l’architecte Roger Erell, qui fut la résidence du général de Gaulle pendant la Seconde Guerre mondiale.

Bacongo abrite aussi les églises Saint-Pierre-Claver, et Notre-Dame-du-Rosaire qui sont des chefs-d’œuvre de l’architecture franco-congolaise. Bacongo a aussi été au centre de tous les troubles ethno-politiques qu’a connus Brazzaville depuis le début des années 1990. Troisième arrondissement de la ville, et l’un des plus anciens. Il a été fondé vers 1900 à la place des marais peu salubres et de la localité pré-coloniale d’Okila. Il est planifié en 1911 par les administrateurs Latapie et Butel, avec un plan en damier caractéristique et des lotissements modèles pour  Africains . Nord-Congo, Poto-Poto couvre aussi le centre-ville, siège des administrations et des Affaires.

Depuis 1980 et les désastres de la guerre civile de 1997, des immeubles élevés apparaissent dans la partie la plus ancienne, autour du Rond-Point de la France Libre inauguré par Jacques Chirac en 1996. Non loin, la basilique Sainte-Anne du Congo, restaurée après les dégâts causés par les combats, fut inaugurée en 1949. Le Vieux Poto-Poto, autour de la rue Mfoa, a été magnifiquement évoqué par l’écrivain congolais Tchicaya U Tam’si dans son roman « Ces fruits si doux de l’arbre à pain ». Très commerçant, il est pavé de multiples bars, discothèques et nganda, surtout le long de l’Avenue de la Paix. H, Marché Moungali, Plateau des 15 ans, Batignolles et la zone de l’aéroport Maya-Maya et Moukondo. C’est le sixième arrondissement de Brazzaville, dans la périphérie Nord de la ville. Par l’importance de sa population, il vient au deuxième rang après Makélékélé.

L’un de ses quartiers: Nkombo, héberge la Télévision publique. Talangaï est un mélange de villas neuves et de logements précaires et insalubres, surtout dans les quartiers Simba-Pelle et Ma-Mboualé. Il couvre la périphérie nord-ouest de la ville. Il a été, pendant le mandat de Pascal Lissouba, l’un des fiefs des miliciens Cocoyes, Zoulous et Mambas, acquis à Pascal Lissouba. Son administrateur-maire actuel est Albert Samba. Le district de Ngamaba est passé de la Région du Pool à la commune de Brazzaville en 1984.

L’arrondissement 8 Madibou est l’un des derniers nés et a été créé le 17 mai 2011, il couvre une superficie de 80,45 km2. Djiri est le dernier et neuvième arrondissement de Brazzaville. Créé le 17 mai 2011, il couvre une superficie de 83,46 km2. Djiri est situé au nord de Brazzaville. Ces deux villes sont les capitales les plus proches au monde à raison d’une distance de 5 à 6 kilomètres seulement.