Les tumulus d’Armorique, volume 3 PDF

Vue du sud de la commune depuis Roc’h glaz. Finistère, en région Les tumulus d’Armorique, volume 3 PDF, dans l’ouest de la France.


Servie par un réseau hydrographique dense, elle présente deux entités géographiques distinctes de part et d’autre des dômes gréseux des monts d’Arrée : au nord des pentes recouvertes de friches descendant vers le lac Saint-Michel, au sud des pentes en cultures ou boisées, aux sols plus propices à l’agriculture. Ses communes limitrophes sont au Nord Brennilis, à l’Est Plouyé, au Sud Plonévez-du-Faou, au Sud-Ouest Lannédern et à l’Ouest Brasparts. Nord-Ouest, la dépression du Yeun Elez, au Centre, les sommets des monts d’Arrée, ailleurs, leurs contreforts. On retrouve donc sur la commune tous les paysages traditionnels des monts d’Arrée. Le Nord-Ouest de Loqueffret occupe le Sud-Est de la dépression Yeun Elez. Ils sont uniquement recouverts de landes.

Le reste de la commune prend pied sur les pentes Sud-Est des monts d’Arrée. Sud-Ouest, sur le reste du territoire. Gué de Mardoul sur l’Éllez : cavités et rigoles, traces de rites sacrificiels d’une religion pré-chrétienne. Mardoul : l’ancien pont amont sur l’Éllez. L’Éllez, en aval du lac Réservoir de Saint-Michel, sert de limite communale entre Loqueffret et Brennilis.

Ce cours d’eau et ses affluents ont permis l’installation de moulins à Keryeven, Kerrannou, Mardoul, Kerprouet, Rusquec. Saint-Herbot avant de confluer avec l’Aulne plus en aval. Le chaos de Mardoul sur l’Éllez. Loqueffret le diable mourut de froid. 1930 ont permis de mettre en évidence l’ancienneté du peuplement sur les hauteurs entourant le réservoir de Saint-Michel, qui était encore un marais à l’époque des fouilles, mais qui devait être vers 1500 av. Un dolmen recouvert de cupules, aujourd’hui détruit, a également été observé.

Le site, entouré de roches schisteuses sur trois côtés, était facile à défendre et a été longtemps occupé. Le maximum de développement des tumulus dans cette région se situe vers 1500 ans av. Cependant, l’existence du hameau de  Locquevret  est attestée au bas Moyen Âge. Une motte castrale, la motte de Saint-Nicolas est édifiée au Sud-Sud-Est des Tourelles : sur une trentaine de mètres de diamètre, ses retranchements s’élèvent de trois mètres au-dessus du sol intérieur et de huit mètres au-dessus de la douve, remplie d’eau.