Litteul Kevin – tome 8 – Litteul Kevin T8 PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Une motocyclette Litteul Kevin – tome 8 – Litteul Kevin T8 PDF T110 de 1954.


Faites vrombir les moteurs et rutiler les chromes, il est de retour ! Six ans après sa dernière apparition, Litteul Kevin investit le Lombard ! D’ailleurs, il cherche un nouveau mot de passe. Ca ne devrait pas poser trop de problèmes car le mini-motard n’a rien perdu de son franc-parler, si utile pour défier son père au « scrabble-trash ». Car – c’est bien connu – ce que le singe voit, le singe fait. Et, avec des modèles pareils, Litteul Kevin n’a pas fini de nous amuser. Coyote et lui nous reviennent en grande forme, et en couleurs ! Nous avons le plaisir d’éditer une version collector en noir et blanc de ce tome 8 de Litteul Kévin. Pour les fans de la première heure !

Side-car avec une cabine fermée Moto Guzzi. Une motocyclette, plus couramment désignée par son abréviation moto, est un véhicule motorisé, sans carrosserie, à deux roues le plus souvent monotraces, pouvant être équipé d’un side-car. Motocyclette  est un nom propre, déposé en 1897 par les frères Eugène et Michel Werner, fabricants installés à Levallois-Perret, puis devenu nom générique. Comme souvent, lorsqu’une technique est émergente, sa finalisation se produit en plusieurs endroits presque simultanément. Cependant, rien ne certifie que ce  vélocipède  ait roulé avant 1871.

Il était équipé, alors, d’un moteur à vapeur entraînant la roue arrière et de pédales agissant sur la roue avant. Ces affirmations autorisent les Américains à s’attribuer la paternité de l’invention de la moto. Cependant, contrairement à l’invention de Perreaux, il n’en reste aucune trace, ni même un brevet prouvant son existence. Eugène et Michel Werner commercialisent un cycle à moteur placé au-dessus de la roue avant, auquel ils donnent le nom de  motocyclette .

La motocyclette était très peu fiable à ses débuts. Elle obligeait à effectuer des interventions mécaniques fréquentes. Mais très vite l’usage de la moto se répandit en commençant par être un outil de travail des professions libérales. La Première Guerre mondiale a favorisé son utilisation à des fins militaires. Renault 4CV, Citroën 2 CV, etc. Alors que l’embourgeoisement semblait accessible à tous ceux qui, notamment à travers l’automobile, revendiquaient l’accès à une  grande classe moyenne , c’est finalement un dur retour aux réalités de la domination sociale, exprimé lors du printemps de mai 1968, qui sonna le retour à la motocyclette.

De plus certaines limitations sont également apparues, en termes de puissance ou bien de permis de conduire. Pour être utilisée sur la voie publique, une motocyclette, légère ou non, doit être immatriculée et son conducteur doit être titulaire du permis de conduire correspondant — au moins — à la catégorie du véhicule et à l’âge du conducteur. Le conducteur doit être titulaire du permis A ou A2 avec des restrictions sur la puissance du véhicule dans ce second cas. Tous les véhicules produits avant cette date munis de l’ABS peuvent être débridés. Le débdridage doit être effectué en concession. 1er janvier 2011, les titulaires du permis B peuvent conduire une motocyclette légère sous réserve de l’obtention d’une attestation de formation spécifique.