Médias et politique : William Randolph Hearst à la conquête du pouvoir PDF

La propagande est un concept désignant un ensemble de techniques de persuasion, mis en œuvre pour propager avec tous les moyens disponibles une idée, une opinion, une idéologie ou une médias et politique : William Randolph Hearst à la conquête du pouvoir PDF et stimuler l’adoption de comportements au sein d’un public-cible. La propagande peut utiliser la publicité, car cette dernière vise à modifier des choix, des modèles de société, des opinions et des comportements. Lors du discours du palais des sports de Berlin du 18 février 1943, Goebbels exhorte le peuple à suivre la voie de la guerre totale.


Les banderoles indiquent  guerre totale – guerre la plus courte . La propagande poursuit des objectifs variés qui peuvent être politique, économique, religieux ou militaire. Lors d’une guerre, la propagande est utilisée pour déshumaniser l’ennemi et susciter la haine, en contrôlant la représentation que s’en fait l’opinion publique. Cela peut inclure des accusations mensongères comme de la diffamation. La propagande a beaucoup évolué avec la naissance de la guerre psychologique dans laquelle elle trouve des prolongements.

La propagande politique est un phénomène observable dans les civilisations antiques, que ce soit par les mythes, les discours, les émissions monétaires, la poésie, les pamphlets, les opuscules propagandistes, mais aussi, les œuvres artistiques et les thèmes iconographiques. Une distinction essentielle pour cette période est à opérer, entre une propagande dite négative, ou d’agitation selon J. Ellul, qui attaque, critique, discrédite un adversaire, et une propagande dite positive, ou d’intégration selon J. Ellul, qui représente l’autorité en place, qui la met en scène et qui s’apparente au faste et à la démonstration du pouvoir. L’éloquence se présente comme l’un des principaux vecteurs de la propagande. Sous la République, particulièrement au temps des guerres civiles de l’époque tardo-républicaine, l’éloquence se pose comme un vecteur de propagande.

Cicéron, reprenant le titre des discours de Démosthène, prononce ses Philippiques contre Marc Antoine. Ce dernier subit de nombreuses invectives qui le présentent comme un gladiateur, un criminel, un brigand, un débauché, un ivrogne, enfin, un tyran menaçant de renverser la République. Les empereurs romains font dresser le long des chaussées des bornes de près de deux mètres de haut, qui portent leur titulature officielle. Il est aussi connu sous le surnom du  petit caporal . Il est adoré de ses hommes parce qu’il est au front avec eux et qu’il se met à leur niveau.

Napoléon fait un usage important de la propagande pour conquérir le pouvoir puis le consolider. Dès sa campagne d’Italie, alors qu’il n’est que le général Bonaparte, il use de l’influence des Bulletins de l’Armée d’Italie. Napoléon met en circulation des pièces de monnaie à son effigie. Les pièces de monnaie sont manipulées par tous et font circuler son image de grand général, comparable à Jules César. Comme autre symbole, il utilise l’aigle, symbole de puissance. Après sa mort, les témoignages de ses généraux, les souvenirs vendus en sa mémoire par les marchands ambulants contribuent à forger sa légende en tant qu’icône de l’histoire de France. Affiche de propagande développant le style naïf de l’imagerie d’Épinal au profit de la politique de l’Estado Novo brésilien développée par le président Getúlio Vargas pendant les années 1930.